L’eau serait définitivement potable sur le plateau de Grandchamp !!!

Anna-Lise-

A l’école primaire je me suis toujours posée la question : pourquoi une telle sottise infligée aux élèves sur le robinet qui coule et l’eau de la baignoire qui fuit. J’ai toujours pensé qu’il était simple de fermer le robinet.

A Messigny et Vantoux ce serait idem à propos de l’atrazine. Pourquoi se compliquer l’existence il suffisait de ne plus analyser l’eau aux fermes de Grandchamp. C’est ce qui parait avoir été fait puisque depuis plus de 3 mois plus aucun sondage n’a été publié. C’était simple il fallait y penser.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Viticulteurs de Messigny et Vantoux …

Claude KAYSER précise

Dans notre commune, la culture de la vigne est citée dans les documents les plus anciens : la côte de Mulcy, la Nouroye, Grancey, le Clos, Grandchamp, étaient les climats les plus en renom. Comme Qualité le vin était classé avant-dernier du crû du dijonnais. La partie haute du village : les Lavières, les Archigneules, en Tête-de-Loup, aux noms caractéristiques, était en partie inculte. A force d’un travail opiniâtre de défonçage, le vigneron allait conquérir ces déserts pour donner un vin agréable et qui valait celui de la Côte( ?). Au XV° siècle, les maîtres tonneliers de Dijon faisaient faire leurs fûts à Messigny, Talant, Gevrey et autres lieux. (A.V. CHAPUIS) A la fin du XIX ° siècle un registre de commerce des vins, tenu par Georges Montigny, nous indique que le vin local n’étant sans doute plus au goût du jour, il est fait appel à la production du sud-ouest de la France. Les facturations précisent : vins de la Montagne supérieure, d’Alicante ; de la mi-Côte et de Lunel. Nous pouvons préciser que Glorious et Coucous consommaient « dru » !

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

 » Toujours le vin sent son terroir « 

0033

– Fin des années 1950, rue Saint Antoine, nous retrouvons autour du pressoir, de gauche à droite : Jean ROGER, Paul LAZARONI et Armand LELONG. Ils « pressent » l’une des dernières vendanges des vignes de la famille POINSARD.

Les viticulteurs de Messigny et Vantoux …de G.BALLIOT

Se hasarder à avancer aujourd’hui que de nombreuses vignes garnissaient les territoires de Messigny et Vantoux c’est, de nos jours, risquer d’être pris pour un p’tit rigolo…et pourtant ! On les trouvait en montant sur Grandchamp, sur Saussy, quelques clos sur le chemin de Norges, de chaque côté de la route de Savigny le Sec et même sur des lieux aujourd’hui habités. Nul ici ne prétendait rivaliser en quantité et qualité avec Gevrey Chambertin ou Beaune, se satisfaisant déjà bien, pour la plupart, d’une récolte pour la consommation personnelle. Je citerai Auguste COGNIARD dont l’une des vignes, attenant à sa demeure, est devenue le lotissement « Clos du Roy ». A l’identique pour les vignes de Thomas CHIAVAZA en contre bas de l’Impasse des Marronniers. Puis nous trouvions comme autres viticulteurs : Hippolyte ALLARD- Louis PAIN- la famille VAILLANT – Emile POINSARD- Marcel LEDEY- Charles BROSSARD- Gustave BONNAIRE- Eugène MESSE- Albert COUTURIER- Joseph SOUPEY et j’en oublie vraisemblablement.

Oh, ces vins n’avaient pas la prétention d’une très grande qualité, soit en raison des cépages soit à la suite d’une vinification pas toujours très élaborée. Sachant surtout qu’ils n’étaient destinés qu’à une consommation strictement personnelle. Par contre, chez quelques uns de ces viticulteurs il était permis de déguster d’excellents vins, blancs ou rouges, venus de vignes bien exposées avec des cépages de qualité. Dès lors, ces vignerons se sentaient dans l’obligation de choyer leur récolte en conséquence. Oui, je sais qu’aujourd’hui cela peut surprendre, mais chez certains propriétaires il y avait particulièrement d’excellents vins blancs, très fruités. Des récoltes qui ne manquaient jamais, chaque année, d’entrainer des commentaires taquins, parfois très savoureux. Enfin il y avait cet immuable décor un peu partout sur le finage. Monter vers les terres des fermes de Grandchamp et découvrir sur sa droite ces rangs de vigne si parfaitement alignés, s’élançant sur la pente comme pour rejoindre le ciel, c’était un décor si beau qu’il est resté gravé en ma mémoire. A l’approche de l’automne, les feuilles prenant leurs belles couleurs, ce vignoble devenait splendide ! A cet instant, les vignes de Messigny et Vantoux valaient celles de Gevrey Chambertin …! Donc, restons fiers de ce qu’ont été les vignobles de Messigny et de Vantoux.

L’enrésinement des quelques 400 hectares du domaine des Potasses d’Alsace, ayant entrainé une modification sensible du climat, puis la disparition des chevaux de traits contraignant une mécanisation coûteuse ne pouvant s’amortir, cet ensemble aura eu rapidement raison d’un vignoble local déjà sur le déclin. On peut, par contre, regretter que quelques arpents de vignes n’aient pas été reconstitués en un lieu bien exposé. Nous aurions conservé là un « clin d’œil » sympa, de l’histoire de la vigne, sur les terres de Messigny et Vantoux.

A cette époque, en plus de la vigne il y avait beaucoup de petits fruits : groseilles, framboises, cerises, cassis, cultivés ici et là particulièrement par tous les « manouvriers » cherchant ainsi, par ce biais, à pallier à leurs très modestes revenus. Ce qui leur imposait pourtant, au-delà des quelques 10heures de travail déjà faites, à courber l’échine encore un peu plus. La vie au labeur était dure en ce temps là, même si parfois du bon temps était pris en soirée, entre voisins, sur «  le pas d’une porte » !

Pour écouler dans les meilleures conditions tous ces petits fruits un syndicat « viticole et horticole avait été mis en place. Deux fois par semaine, tous les fruits étaient collectés pour être expédiés chez les liquoristes. Le syndicat s’était rendu acquéreur d’un pressoir et d’un alambic. C’était alors merveilleux de voir le pressoir s’installer un peu partout dans le village. Aujourd’hui ce temps révolu implique une certaine nostalgie pour celles et ceux qui l’ont connu. Même si ce n’est plus qu’à titre décoratif, le pressoir sur la place d’Harxeim ou de l’Eglise, n’en demeure pas moins tout un symbole. Pressoir, que l’on imagine aujourd’hui, fleuri en récompense de ses bons et loyaux services, chez tous les viticulteurs locaux.

Nous avions également un peu partout sur l’ensemble du territoire communal de nombreux arbres fruitiers : cerisiers, pruniers, pommiers, poiriers et cognassiers. Le changement de climat et les attaques d’insectes, le remembrement des terres, plus une certaine mévente ont conduit, là aussi inexorablement, vers leur quasi disparition.

Fort heureusement est arrivé Philippe MARANDE qui s’est installé aux « Marcs d’Or », tout un poème ! A l’appui d’une culture maraîchère, il a repris celle des petits fruits. En ces terres qui étaient abandonnées son mérite est grand. Il convient de lui souhaiter : succès et persévérance ! Bravo Philippe !

Ils sont loin aujourd’hui les coteaux fleuris d’antan, les cueilleurs et cueilleuses de petits fruits, les vendangeurs et vendangeuses et le si sympathique petit sulky motorisé d’Auguste COGNIARD convoyant sa vendange. L’un des derniers viticulteurs du village avec Albert COUTURIER. Non, Messigny et Vantoux n’était pas Nuits St Georges. N’en ayant jamais revendiqué l’honneur, pourquoi devrait-il aujourd’hui, pour autant, ignorer son vignoble d’hier ? Gloire et merci à nos anciens viticulteurs pour tout ce qu’ils ont, en leur temps, et avec leurs moyens, apporté à notre village…

messigny-ses-cartes-postales-et-ses-anciens-065.jpg

– Auguste COGNIARD, figure mémorable du village et l’un de ses derniers viticulteurs. Ses vignes, à l’arrière de sa propriété, son devenues le lotissement « Le clos du Roy ».

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Ceux qui veulent la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage … Mark Twain

Un lecteur assidu dit :

Je suis en mesure de signaler, qu’en ce samedi 15 Juin 2019, entre 16 heures et 17 heures il est tombé exactement 32 mm de pluie. Il est, dès lors, probable que notre impétueux torrent SUZON sera de retour ces prochains jours, sauf si la zone orageuse a évité Val-Suzon.

LA VIGIE CITOYENNE

 

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Remplacer un conseiller démissionnaire …

Anonyme dit : article sur «  la démission d’un conseiller de l’opposition  »

Voilà qui est clair ce qui confirme en d’autres termes ce que j’ai pu écrire et qui coupe court à toute considération oiseuse. V. Lepretre

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

« Anonyme » alias le Maire répond à « Rouletabille » alias C.Kayser …

V.Leprêtre dit :

Monsieur Kayser alias Rouletabille est toujours aussi péremptoire même quand il est dans l’ignorance donc dans l’erreur.
Ce qu’il ignore et il pourra vérifier à la préfecture, que ce qui a changé avec le scrut in de liste c’est dès qu’une démission est annoncée et confirmée par écrit c’est la personne qui suit sur la liste qui est automatiquement de fait conseiller sans validation préalable de la préfecture contrairement à la démission d’un adjoint qui doit être entérinée par la préfecture.
Il se trouve que la personne concernée n’a pas transmis.son courrier à la mairie dans les délais c’est à dire avant là séance du conseil municipal pour décliner sa volonté de siéger au sein du conseil municipal donc de fait elle restait membre du conseil municipal mais absente de la séance donc il y avait bien 19 membres .

Alors de grâce ‘Mr Kayser arretez d’insinuer comme à l’accoutumée des affirmations fausses dans le seul but de tenter de jeter le discrédit et de semer le doute dans l’esprit des gens ! Quand on ne sait pas on s’abstient !

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | 1 commentaire

Démission d’un Conseiller municipal d’opposition …

Le suivant de la liste, appelé à remplacer un conseiller municipal démissionnaire, devient automatiquement conseiller municipal (article L 270 du Code électoral). Il devient conseiller municipal dès lors que la démission de son prédécesseur est définitive (article L.2121-4 du Code général des collectivités territoriales). Aucune disposition du Code Général des Collectivités Territoriales n’oblige la commune à procéder à l’envoi d’une information particulière à l’égard de ce nouveau conseiller municipal.

Aucune disposition n’impose qu’il accepte formellement son mandat. Il doit donc être convoqué à la prochaine séance du conseil municipal. Dans le cas où le suivant de la liste n’apporte pas de réponse à la convocation du maire et n’assiste pas aux séances du conseil municipal, il demeure conseiller municipal jusqu’à ce qu’il fasse connaître au maire son refus d’exercer son mandat. Seule une démission expresse, datée et signée de sa part permettrait de faire appel au prochain suivant de la liste.

Le défaut de convocation du nouveau conseiller municipal à la séance du conseil municipal, entache d’irrégularité les délibérations adoptées au cours de cette séance.
Lors du conseil municipal, le conseiller municipal sera installé par l’appel de son nom.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Un compte rendu rapidement publié mais !!!

Anonyme

C’ est normal que ce point de l’ordre du jour ne soit pas traité car le nouveau conseiller pressenti n’a pas souhaité siéger au conseil municipal. Cela fera l’objet d’un nouvelle convocation avec le suivant sur la liste.

C.Kayser dit    :

Monsieur ‘Anonyme’., maire:…alors son nom ne doit pas figurer dans le compte-rendu ni pour l’image personnelle de ce monsieur ni au plan de la législation. Cela s’appelle « un faux en écritures » la réunion peut être annulée par les services de tutelle. Et puis quelle image pour Messigny et Vantoux!

   Quand c’est flou, il y a un loup !!!

capture-de28099ecc81cran-2019-06-13-acc80-15.40.09.png

Le compte rendu fait état de 19 Conseillers en exercice. Ce chiffre de 19 ne correspond pas à la réalité puisque Mme GAY a démissionné et que le suivant sur la liste aurait refusé de rejoindre l’équipe municipale. Il ne peut pas non plus figurer parmi la liste des  Conseillers excusés puisque jusqu’à ce jour, il n’a jamais été Conseiller.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Les agriculteurs de Messigny et Vantoux …

5 Juin 2019-Le battoir 003

-Quel contraste avec les années 1930, la batteuse est installée, c’est l’heure du casse-croûte. A terre, quelques bouteilles de vin, sur un linge le casse-croûte ! On remarquera que la précaution a été prise d’approcher un tonneau d’eau sur un chariot, en vue d’éliminer la poussière sur les visages et les mains. On observe que plus de 12 hommes étaient nécessaires pour servir la batteuse et la machine à vapeur qui l’actionnait. Machine à vapeur impressionnante avec ses énormes poulies et toutes les courroies extrêmement dangereuses. De gauche à droite :2 ème : Eugène MESSE- 4ème : Emile POINSARD- 5 ème : Eugène TISSIER- 6 ème : Hippolyte ALLARD – 7 ème : Gustave BONNAIRE- 12 ème Léon PEGUILLAT- 13ème et dernier Georges BARON.

Dans les années 1930, on pouvait compter 17 fermes exploitées sur les territoires de Messigny et Vantoux :

3- en montant sur Saussy : ROCHAT à la ferme de la Brosse, FEURPRIER à la ferme de la Mansenne, GAY à la ferme du Chêne.

2 -dans la vallée du Suzon : BLANOT à la ferme du Rosoir, RUINET à la ferme du Petit-Moulin

1- sur le plateau de Grandchamps : GRENOT

3 -sur Vantoux : la ferme du Château, SOUPEY et BOIS au village et THIVENT à la Maladière.

7- au village de Messigny : MULLER-MEURET-ALLARD-TISSIER-JAVEL- COUTURIER et COGNIARD qui était alors rue Maillot.

En fin dles années 1950, il en restait encore 13, après disparition des fermes ROCHAT- GAY-BLANOT – SOUPEY et BOIS alors que la ferme DESCHEPPER s’était installée rue des Ecoles. Dans le village deux modifications à noter : BEURTHRET remplace JAVEL et COGNIARD viendra s’installer entre la Grande Rue et la rue du Moulin.

En 2010 il n’en reste plus que 8  : FEURPRIER-LEPRÊTRE- la ferme du Chateau- BARON-COGNIARD-MULLER-BEURTHERET-COUTURIER. Face aux investissements en engins agricoles modernes ,« dévoreurs » de grandes surfaces, les petites exploitations n’étaient plus en mesure de poursuivre. Alors que pour d’autres, à l’inverse pour faire face, la nécessité de s’agrandir s’imposait.

Bien que très traditionaliste dans ses origines le monde paysan a vécu, après la Libération, une véritable « révolution » du métier, entraînant celle des mentalités. Les agriculteurs vont être ceux qui se tourneront le plus vers le progrès, vers la mécanisation avec l’acceptation, incroyable encore la veille, de perdre parfois en partie la terre de leurs ancêtres pour pouvoir remembrer. Ils vont accepter d’emprunter pour s’équiper et iront même souvent jusqu’à la suppression du bétail afin de pouvoir vivre libre le dimanche et les jours fériés. Souvent ils partiront même en vacances, y compris hors de l’hexagone !

Quel retournement !…hier pour les labours la charrue à un fer avec deux chevaux quand ce n’était pas deux bœufs pour la tirer. Aujourd’hui une charrue à 5 fers tirée par un tracteur. Hier la faux ou une modeste faucheuse pour faire les moissons. Aujourd’hui une moissonneuse batteuse, avec cabine climatisée, radio à bord, et surtout une coupe de 6 mètres et plus. Là où il fallait 1 mois pour faire la moisson, plus les délais de battage, aujourd’hui 15 jours avec le grain livré, et de surcroît en quantité incomparable.

Les tracteurs sont de plus en plus puissants et la coupe de la moissonneuse batteuse a pris des dimensions surprenantes. Les coopératives agricoles ont été conduites à s’adapter en installant des silos à grains, « ciblés » au mieux sur les territoires pour recevoir toutes les récoltes en un minimum de temps. Quand on a souvenir qu’hier, autour de la batteuse, s’activaient pour le moins une dizaine d’hommes pour approcher les bottes, couper les ficelles, engrener, dégager la paille, faire la « tisse », s’occuper des sacs et tout cela, pour chaque ferme, pendant plusieurs jours. Franchement on croit rêver !

Par contre, le monde paysan qui avait la fâcheuse réputation de ne pas aimer   « sortir ses sous », est aujourd’hui placé dans une situation diamétralement opposée. Lui qui n’aimait pas les financiers est aujourd’hui contraint de traiter avec eux…Là aussi, pour ce monde, c’est un important changement des mentalités.

Si l’on doit s’en remettre aux déclarations des uns et des autres, toutes ces évolutions, pour autant, ne lui ont pas apporté le bonheur. Loin s’en faut ! N’est-il pas dorénavant constamment soumis à l’attente des financements européens et autres. Aujourd’hui les récoltes, sous rémunérées, conduisent par ailleurs à des traitements extrêmement coûteux pour tenter, en compensation, d’améliorer les rendements. Mais là nous entrons dans un cercle vicieux tant la qualité des récoltes devient hélas de plus en plus douteuse. C’est tellement vrai que l’on a mis en place la culture parallèle dite « Bio » ! Preuve affichée de ce qui précède ! Tout ça, sans oublier les eaux dénaturées et dangereuses, du genre « atrazine », que l’on connaît bien maintenant sur nos terres communales.

C’est quand le bonheur …Dis, c’est quand ?

2496

Même en pleine pente, avec le village de Messigny et Vantoux pour décor, la moissonneuse batteuse assume son travail. 

G. BALLIOT

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Le mystérieux futur 19ème conseiller absent …

Anonyme dit :

C’ est normal que ce point de l’ordre du jour ne soit pas traité car le nouveau conseiller pressenti n’a pas souhaité siéger au conseil municipal. Cela fera l’objet d’un nouvelle convocation avec le suivant sur la liste.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Merci pour ce moment de détente à la clinique Joly de Talant !!!

Un lecteur souhaite partager avec vous son moment de détente à la clinique de Talant

Monsieur le Directeur,

J’avais rendez-vous le 3 mai 2019 avec le Docteur §§§§§ à la clinique pour une fibroscopie. J’ai dû reporter ce rendez-vous pour me rendre à l’enterrement d’un proche à l’île d’Oléron. Le 4 juin, je me suis présenté à mon nouveau rendez-vous à la clinique à l’heure fixée 11h45 pour les formalités d’admission. J’ai attendu jusqu’à 14h45 à la salle d’attente et dans une cabine de 1 m2, pourquoi ? sans aucune information et évidemment sans prise en charge. Trois heures d’attente aux urgences c’est difficilement supportable mais incompréhensible dans le service d’une clinique avec un rendez-vous. Quel médecin accepterait d’attendre 3 heures dans la salle d’attente d’une administration (ex: aux impôts …) Excédé, j’ai décidé de quitter la clinique. Se rendre à un examen implique maintenant que le patient, quelle que soit sa situation, se rende disponible toute une journée pour faire face aux éventuels dysfonctionnements de l’établissement hospitalier. Pourtant, les médecins ne sont pas les seuls à avoir des contraintes, des obligations professionnelles ou personnelles. C’est un manque de respect et un sentiment de mépris à l’égard du patient.

Au bureau des entrées, il m’a été demandé le règlement d’une somme équivalente à une quarantaine d’euros. Le terminal pour le paiement par carte bancaire étant en panne, la transaction n’a pu aboutir. Je vous demande monsieur le Directeur de bien vouloir renoncer au recouvrement de cette somme en l’absence d’une quelconque prise en charge par l’un de vos services.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Pas de volonté déguisée du modérateur !!!

V. Leprêtre dit :

Faux !
Car lorsque j’ai publié le message en réponse au commentaire de Mr Balliot ,il a été marqué en tête qu’il faisait l’objet d’une analyse par le modérateur, donc il est bien arrivé sur le site.
Y aurait-il une volonté déguisée de la part du responsable du site de filtrer les commentaires qui ne rentrent pas dans sa ligne de pensée?
Il faut s’attendre à tout avec les instigateurs du site

§§§§§§§§§§§§§§§§§

La Vigie a reçu le commentaire du Maire à l’article de G.Balliot le 5 juin 2019 à 23h01.Il a été publié le 6 juin 2019 avec pour titre : » le mensonge est nécessaire, cela rend plus crédible la vérité « . Il est bien sur le site, pour preuve les commentaires envoyés et publiés depuis sa diffusion.

Le 7 juin 2019 à 17h02, la Vigie a reçu un message du Maire :

 » S’il vous plaît pouvez-vous faire paraître mon commentaire suite à l’article très orienté de Mr Balliot. A l’avance Merci . Vincent Lepretre « 

La Vigie confirme qu’elle n’a pas reçu d’autre commentaire du Maire entre le 5 juin à 23h 01 et son message du 7 juin à 17h 02 !!!

Merci de bien vouloir me faire parvenir le texte de votre commentaire qui n’aurait pas été publié.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Réactions à l’article de G.Balliot…

Arlette dit :

Ce texte est truffé de fautes d’orthographe, le respect de la syntaxe est inconnu de son auteur et puis quel français. Ce personnage a-t-il seulement été à l’école? nous comprenons pourquoi il ne répond jamais par écrit à ses électeurs.

V.Leprêtre dit :

S’il vous plaît pouvez-vous faire paraître mon commentaire suite à l’article très orienté de Mr Balliot

Je n’ai pas reçu de texte !!! LA Vigie

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

La mémoire est indispensable pour construire le présent !!!

G.Balliot dit :

Je suis désolé de vous contredire Monsieur le Maire, mais malgré mes 95 ans je ne pense pas avoir la mémoire qui flanche. Je me souviens très très bien ! Mais pour moi l’essentiel n’est pas là, ce qui compte c’est la reconnaissance que nous devons à Monsieur Emile MONTIGNY pour sa gestion pendant les 4 ans d’occupation et surtout son courage d’aller spontanément affronter certaines familles du village pour les placer devant leurs responsabilités. Je me répète mais très vraisemblablement les hommes du Groupe FFI André CHOUMETTE basé dans les locaux de la famille André ROUX lui doivent sans doute la vie. Le vécu à Messigny, sous l’occupation, est là pour en attester. Je plaiderai jusqu’au bout pour qu’un hommage lui soit rendu ainsi qu’à la famille André ROUX. Pour moi, dernier vivant de ce Groupe, c’est devenu un devoir !

Vous avez raison, mais j’ai déjà expliqué, souvenez vous, pourquoi cette requête a été si tardive :

  1. A la Libération, chacun sait que la Résistance a été placée sous l’étouffoir. Par ailleurs, Monsieur MONTIGNY 16 ans plus tard était encore en activité.

  2. Ensuite est venu, fort heureusement, le temps de la réconciliation entre les deux peuples à travers les jumelages. Ce n’était plus le moment de rappeler ces événements d’occupation et de reconnaissance.

  3. L’heure étant venue et ma disponibilité me le permettant je me suis permis de contacter monsieur le Sénateur Maire Henri REVOL en vue d’une reconnaissance caractérisée du combat de Messigny du 8 Septembre 1944, ce qui a conduit immédiatement au Jardin du Souvenir dont je remercie Monsieur REVOL et sa municipalité pour ce geste rapide et allant même au-delà de ma requête.

  4. Devant ce geste spontané, c’est vrai j’ai sans doute manqué de culot, pour plaider le cas Emile MONTIGNY dans la foulée.

  5. A l’arrivée de Monsieur POTRON j’ai sollicité et obtenu immédiatement la personnalisation de la ligne forestière ayant permis au parachutiste, dont l’avion s’était écrasé à l’arrière de la ferme de Grandchamps, d’échapper aux recherches allemandes. Ce qui lui a permis d’être récupéré pour rejoindre le soir même le maquis de Mortière. Beaucoup de promeneurs ont apprécié cette marque de reconnaissance.

Telles sont les explications de ce retard. Je devais, parait-il, être entendu par les membres de votre commission. Ce ne fut pas le cas et je m’en étonne. Ce devait être pourtant, selon moi, la première démarche à faire. Par ailleurs je ne manque pas d’être sincèrement intrigué par cette phrase : …«le groupe unanimement à décidé que nous n’étions pas les mieux placés pour trancher vu le contexte très sensible de cette époque ». Doit-on comprendre là, selon vous, que les collabos avaient autant raison que les Résistants ? Donc vous reconnaissez implicitement que M. MONTIGNY  a eu du courage car, lui, il a risqué sa peau en s’impliquant, alors que 75 ans plus tard vous ne savez pas le faire.

Comprendrez vous enfin ce devoir de reconnaissance qui vous incombe, envers monsieur MONTIGNY et la famille André ROUX, pour l’honneur de notre commune. Songez à la jeunesse et aux souvenirs qu’elle doit conserver sur l’honneur de son village pendant l’occupation. Cette requête n’est pas une stupide lubie j’ose croire que vous le comprendrez.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

En attendant la publication des investigations du  » groupe de travail E.Montigny « …

Rouletabille dit :

Monsieur V.L, il est aussi écrit que ‘plus un mensonge est gros, mieux il passe’. Je ne suis que le porte-parole de l’un de vos concitoyens qui a deux options : répondre à votre prose de défausse ou ne pas vous faire cet honneur symbolique. L’image de Messigny et Vantoux étant mise en cause dans votre échange avec Monsieur Balliot, un des grands doyens de notre village, la seconde option a été retenue.

Votre groupe de travail composé de : Mrs Leprêtre, Thiriot, Laluc de Mmes Febvre, Roussin et/ou Ziegelmeyer (nous n’avons jamais très bien su ?) s’est réuni pour ‘statuer’, le 8 mars 2018. Il serait logique de connaître d’une part l’identité des personnes auditionnées et d’autre part celles des personnes ayant des attaches familiales à l’époque ne serait-ce que pour les citer en référence aux regards de la population.. Mr Kayser détenteur d’une importante documentation privée sur bien des chapitres de la vie de notre village, précise que ‘ses’ témoins consultés il y a 50 ans et revus il y a deux ans n’ont pas été auditionnés par votre groupe de travail ! Alors….. ?

Au diable les municipalités qui ont précédé la votre ! Vous bottez bien maladroitement en touche vers ces dernières qui elles ont rempli leur Devoir de Mémoire comme a été rempli ces derniers jours celui du 75° anniversaire du D-Day. Toutes les Villes et les villages de France ont marqué le coup, Messigny et Vantoux s’en est dispensé ! L’Histoire de France Monsieur V.L se grave dans le temps au rythme des survivants.

Vous vous percevez exemplaires du fait que vous commémorez d’office les dates principales de notre Histoire de France. Ces commémorations sont obligatoires et vous ne pouvez y déroger. Votre anti militarisme chronique doit en prendre un coup ! Quant la cérémonie de septembre 2014, de grâce Monsieur V.L n’obligez pas votre concitoyen à vous rappeler ce qui a déjà été publié sur ce site et qui n’est pas en votre faveur. L’opportunisme n’est pas de mise dans l’écriture de cette page très précise.

Votre concitoyen se permet également de vous rappeler que durant des années vous n’aviez que faire du jumelage avec Harxheim mais que votre veste de maire endossée en mars 2014 vous contraint à ‘féliciter’ électoralement les animateurs actuels de cette durable amitié. Et puis, Monsieur V.L nos amis d’outre-Rhin ne sont pas dupes, ils lisent aussi ce site.

Finalement, votre mémoire nous paraît sérieusement défaillante ou alors votre pouvoir éphémère de potentat local vous aveugle. Il est constaté que tout ce qui ne sort pas de vos hémisphères cérébraux ou de celui de votre conseiller privé est rejeté ce qui oblige les organisateurs d’animation sur l’histoire locale à migrer vers d’autres villages ouverts, accueillants, fidèles à la devise de notre République.

Rouletabille précise que le scénario de ce film est à partager à égalité avec chacun des membres de votre équipe municipale.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Voltare casaque !!!

Démocratie dit :

Honte à toi Vincent, prépares tu les prochaines élections? cela y ressemble fortement , la politique est de retour, la girouette tourne, caressant de nouveau dans le sens du poil les habitants de messigny et vantoux, on retourne encore sa chemise, du n’importe quoi comme d’habitude.
Il est l’heure de créer une liste qui privilégiera l’intérêt de tous, avec transparence, débat libre et communication et ce dans le respect des personnes.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Le mensonge est nécessaire, cela rend plus crédible la vérité… J.Pierre Colpaert.

Désolé Mr Balliot !
Mais je ne peux pas vous laisser m’atribuer des propos que je aurais soi disant tenus à savoir : « il y a plus de 70 ans de ça , je n’en ai rien à faire, je n’étais pas né » Jamais je n’ai tenu ce genre de propos effectivement indignes.
Par contre à l’époque lorsque nous avions discuté ensemble de ce sujet je vous avais posé la question suivante, pourquoi demander avec tant d’insistance, à cette nouvelle municipalité dont la grande majorité des membres n’avait pas connaissance de cette triste periode , l’obligation d’honorer la mémoire et l’action de Mr Emile Montigny.
Alors que depuis cette triste période, de nombreuses municipalités se sont succédées avec à leurs têtes trois maires et des adjoints témoins directs de cette époque et que rien n’à été fait . J’attends toujours la réponse ! !! Pourquoi?
Quant au groupe de travail, il s’est effectivement réuni et suite aux auditions des derniers témoins
de l’époque et des considérations de chacun et des remarques de certains membres du groupe de travail qui avaient des attaches familiales à l’époque, le groupe unanimement à décidé que nous n’étions pas les mieux placés pour trancher vu le contexte très sensible de cette époque .
Ça suffit de toujours vouloir laisser croire à une désinvolture de notre part !
Quant au devoir de mémoire nous ne manquons aucune occasion pour honorer la mémoire de celles et ceux qui ont donné leurs vies pour notre pays, lors de cérémonies au monument aux morts toujours suivies par une assistance nombreuse de même lors des cérémonies de septembre 2014 nous avions salué le courage et l’engagement des résistants du village dont faisiez partie Mr Balliot. .
En ce qui concerne le jumelage entre nos deux villages ,Harxheim et Messigny et Vantoux, moi aussi je me réjouis du dynamisme dont fait preuve le comité de jumelage de Messigny et Vantoux avec Henri Perrin et son équipe. Je pense aussi avoir contribué modestement au rapprochement entre les deux municipalités grâce aux relations très amicales que j’ai nouées avec mon collègue maire d’Harxheim Mr Andréas Hofreuter.
Vincent Lepretre

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Honorer Emile Montigny …

Capitaine dit :

Oui Monsieur Balliot, je vous suis dans votre démarche oh combien justifiée et honorable.
Monsieur le maire vous devriez avoir honte de votre désinvolture envers nos anciens.
Donnez nous vos raisons de ne vouloir honorer M Émile Montigny.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Six juin 1944, 6 juin 2019 – 75 années de Paix …

1er Juin 2019- REVOL jumelage 005

« Jour pluvieux, jour heureux » dit le proverbe. En ce samedi 19 mai 1984 à 11heures. Monsieur MULLER bourgmestre d’Harxheim et monsieur REVOL maire de Messigny et Vantoux symbolisent le jumelage des deux communes, sous la pluie. Cliché de 35 ans, devenu historique, d’une fraternité ô combien réconfortante.  Merci !

SOIXANTE QUINZE ANS !…

C’était le 6 Juin 1944…comme le temps passe et comme changent vite les mentalités ! Le 6 juin 1944, par exemple, personne ne s’est alors préoccupé de la religion, de la couleur de peau, de la nationalité, de toutes ces femmes et de tous ces hommes impliqués, jusqu’à la mort, pour venir nous Libérer du joug nazi ! Et le disant je ne saurais oublier tous les drames et sacrifices de Stalingrad, lesquels ont contribué à affaiblir l’occupant, rendant possible notre Libération. Comment expliquer que 75 ans plus tard, trop nombreux sont nos concitoyens enclins à oublier ce que nous devons à d’autres peuples, pourquoi ? Oui, pourquoi avons-nous perdu toutes ces valeurs qui avaient forgé la réputation de la France ?

Après la Libération quantité de réformes économiques et sociales, proposées par le Conseil National de la Résistance, ont été promulguées. Qu’en reste-t-il 75 ans plus tard ? Ces dispositions avaient-elles tant de tares qu’il s’imposait de les réduire ou supprimer ? Ou est-ce surtout la résonance politique qui contrariait ?

Oui, soixante quinze années sont passée par là … ! A ce point que, même un maire, pour réponse à une requête souhaitant honorer l’un de ses prédécesseurs, en l’occurrence M. Emile MONTIGNY, exemplaire pendant l’occupation, surtout au moment où s’est constitué dans le village un groupe de Résistants, n’a rien trouvé mieux que de s’exclamer «Il y a plus de 70 ans de ça,  je n’en ai rien à faire je n’étais même pas né ». Est-ce là le respect et l’honneur que l’on doit à un honorable citoyen et à la Résistance, surtout étant un élu donc avec des devoirs ? Une commission a bien été instituée pour examiner l’hommage à rendre à Emile MONTIGNY, par ailleurs maire pendant 28 ans, mais elle ne sera qu’une seule fois réunie et sans le moindre écho. Quand on se dit que la sagesse, la reconnaissance et le mérite auraient pu conduire à honorer M. Emile MONTIGNY 75 ans plus tard, nous sommes en droit de nous poser quelques questions sérieuses. Quelles sont les motivations d’un tel refus, d’ailleurs resté sans aucune justification ?

J’ai honte pour mon village, qui n’est plus ce qu’il était !

Par contre, soyons heureux et fiers de constater, année après année, combien le dynamique comité de Jumelage de Messigny et Vantoux continue d’entretenir et développer ses relations avec Harxheim. C’est tellement merveilleux de sublimer la paix plutôt que préparer la guerre. Félicitations aux responsables. Sans oublier M. le Sénateur honoraire Henri REVOL qui a su, en son temps, lancer ce jumelage. Grand merci à lui !

G. BALLIOT

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Une invitation à ramasser les déchets des autres !!!

Anonyme dit :  » à C.Kayser  »

Bravo Mr le donneur de lecon, votre sens du civisme aurait du vous conseiller de ramasser ces dechets et de les mettre vous memes dans les bacs correspondant,

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

çà cartonne rue Maillot …

p1040575.jpg

C.Kayser dit :

La pollution n’est pas que dans nos terres, elle s’affiche aussi dans certaines de nos rues! Madame, Monsieur il y a un mois et demi vous avez abandonné à cet endroit un carton d’emballage d’un matériel électro ménager. Aujourd’hui ce carton réduit en plusieurs morceaux fleurit le macadam de notre rue. Il y a quinze jours vous avez déposé un carton ayant contenu un mobilier au même endroit. S.V.P ayez la gentillesse de récupérer ces matériaux pour les réduire en petits morceaux et les « rippeurs » se feront un plaisir de vous les embarquer le jour de la collecte. Ce ne sont pas les deux élues mitoyennes qui vous feront un quelconque reproche pas plus que d’autres dont c’est le parcours quotidien, le propreté de cette rue n’est pas dans leur mission! Notre propre sens du civisme doit se mettre en action… Merci d’entendre notre appel et bien cordialement.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Peintres du dimanche, à vos palettes …

IMG_1151

COQUELICOT quel joli mot

Un mot qui rime avec bécot

Léger baiser – rouge baiser

Posé vite fait, tendre et léger

COQUELICOT Prince des champs

Fragile et tremblant sous le vent

Mais tellement beau sous le soleil

Avec ses frères, il émerveille

COQUELICOT qui symbolise

Les huit années d’union exquise

Et qui incarne la frêle ardeur

Dans le beau langage des fleurs

COQUELICOT vite se fâche

Il se flétrit quand on l’arrache

Du grand tapis si coloré

Où il poussait en liberté

Michelle FLAMME

LA VIGIE CITOYENNE.

 

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Alice et Pierre au  » Pays des Urgences « …

Alice (79 ans) et son époux Pierre (84 ans) arrivent à 17 h 30 sur le parking des Urgences. Alice n’étant plus mobile, Pierre part en quête d’une chaise roulante. Apparaît un ‘cerbère’ de quelques 60 ans, maugréant, désagréable au possible, poussant la dite chaise. « Qu’est-ce qu’elle a donc votre femme ? » – Pierre réponds « Rien ! » transférant seul son épouse sur l’engin datant des années 1930.

Le couple intègre une salle d’attente encombrée comme une place de marché de patients bruyants ou rigolards. Un panneau annonce ‘Délai d’attente : 7 heures’.

Passage au bureau d’Accueil ou tout un chacun papote avec sa voisine sur des sujets divers tout en enregistrant les arrivées ce qui fait que l’on oublie de noter certains éléments dans le dossier de la patiente !

Vu l’état d’urgence d’Alice définit par une note très précise de son médecin traitant Pierre tente de solliciter une priorité comme la chose est affichée. En vain, une infirmière ( ?) répond « Chacun son tour » !

21 heures, pliée en deux dans son fauteuil, Alice s’effondre en larmes. Arrive une infirmière pour une prise de sang « Cela avancera dit-elle ».

Le cerbère réapparaît hurlant le nom d’un patient. Ce dernier se rebiffe exigeant un minimum de politesse. « ça fait 30 ans que je fais çà et puis c’est tout ».

22 heures, arrive une autre infirmière pour une prise de sang. Sa boîte contient les tubes de prélèvements remplis d’Alice par la précédente infirmière ! Pierre dit « C’est déjà fait » – « C’est fait ? Ah bon ». Effectivement cette infirmière s’est trompée de fiche et de boite !

22 heures 15 environ, le panneau affiche : ‘Délai d’attente 8 heures’.

23 heures, « Madame Alice », le nom claque sec, le cerbère s’empare de la chaise roulante en direction de la salle des consultations. Pierre veut suivre « Non, vous restez là » dit brutalement le cerbère.

1 heure 30, Pierre s’inquiète. Il s’approche du bureau d’Accueil ou l’on s’amuse beaucoup. « Je voudrais avoir des nouvelles de mon épouse » – «  Attendez… je téléphone…vous pouvez y aller ». De toute évidence la présence de l’accompagnant Pierre avait été oubliée !

Alice gît sur un brancard d’un autre siècle sous une vive lumière braquée en plein visage, elle qui ne supporte pas cette violence de son seul œil valide. Pierre appelle une infirmière pour faire modifier cette luminosité. Cette dernière précise sur une tonalité inquiétante « Le médecin sait que vous êtes là, il va venir, moi je ne peux rien vous dire ».

2 heures, le docteur Pinocchio entre dans la salle « Votre femme va passer un scanner que j’estime inutile car je suis sûr de mon diagnostic, je laisse çà à mes collègues ». Le médecin disparaît…

Pierre décide de rester aux côtés de son épouse dans l’attente des résultats du scanner.

3 heures, retour d’Alice hébétée sur son brancard. Arrive le docteur Pinocchio « Il n’y a rien au scanner et puis votre femme est en situation de fin de vie ou pas loin ». Pierre prend cette annonce en pleine figure, épuisé de fatigue après trois nycthémères de veille, il encaisse « Et maintenant ? » dit -il.

Le docteur Pinocchio « Je la renvoie chez vous en fin de matinée ». Le médecin tourne les talons peut-être pour rejoindre l’animation festive d’un anniversaire qui se déroule autour du bureau central de la grande salle. Animation joyeuse, bruyante, on trinque !

Pierre tel un zombie gagne sa voiture, rentre chez lui sans trop savoir comment. La réalité vue par le docteur Pinocchio lui revient à l’esprit, le bouleverse, le hante. A 4 heures, Pierre s’effondre sur son lit.

6 heures, le portable laissé au rez de chaussée fait entendre sa sinistre sonnerie en même temps que des coups violents sont assénés contre le volet de la porte d’entrée.

Pierre hagard, ouvre et face à lui une géante d’un bon quintal, ambulancier de profession « On vous ramène votre femme » – « Comment êtes-vous entré dans la cour ? » -« En passant par-dessus le mur, on la met ou ? » – Pierre se hasarde « C’est une propriété privée et…. »

Pierre jette un œil par-dessus l’épaule du gaillard et aperçoit son épouse sur le brancard au milieu de la rue ! A côté une jeune personne…

Entre la porte de la cour et le transfert d’Alice sur le canapé du salon moins de 5 minutes se seront écoulées. Le brancard délesté est engagé dans le véhicule qui part sur les chapeaux de roues…. Ni bonjour, ni au revoir, ni rien…

Pierre, ne réagit plus, il cale Alice du mieux possible, prend le temps de comprendre ce qui se passe. Pourquoi cette précipitation et cette heure très matinale ?

11 heures, ce même jour, arrive un courrier du CHU avec une mise en demeure de fournir à l’Administration de cet établissement sa carte de Mutuelle sous 48 heures, faute de quoi etc…. Cet envoi est le résultat du laxisme du bureau des entrées….

Pierre durant cette longue attente aux Urgences eut tout loisir d’observer le paysage. Certes, il existe un manque évident de moyens matériels et peut-être humains. Pierre dit ‘peut-être’…

Un infirmier qui à 1 heures du matin devise avec un collège en civil durant 3/4 d’heure avant de dire « Il fait que j’y aille, j’ai du boulot » paraît étonnant. Du personnel qui va et vient en tous sens d’où fusent des réflexions « Au fait je vais où ? – Je fais quoi ? » . Surprenant !

Dans la salle d’attente des patients ou leur parenté passent la nuit. Certains sont là depuis midi la veille, ils attendent on ne sait quoi, ils râlent mais c’est tout. D’autres annoncent qu’ils feront ceci ou cela en sortant, quelques clients entrent et sortent sans rien demander à personne. Seraient-ils en quête d’un endroit pour passer la nuit ? Il semblerait que ce fut le cas pour deux personnes.

Sortie du service avec une prescription au large spectre, une sorte de parapluie responsabilité oblige, Alice a encore beaucoup souffert devant un Pierre désemparé jusqu’au lundi 13 mai. La forte pression extérieure sur qui de droit a fait qu’Alice a été évacuée par Pierre lui-même dans un établissement hospitalier dijonnais. Il n’y a pas d’ambulance de disponible pour un …particulier.

Le diagnostic du médecin urgentiste a été rapidement remis en cause comme quoi la vie d’un patient tient parfois à un fil qu’un docteur Pinocchio peut couper selon son bon vouloir et son incompétence !

Les identités ont été changées .

Alice et Pierre .

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Le forgeron …

Paul MULER- 10-5-2019 001

-Aux abords de la forge de Messigny et Vantoux, le forgeron Paul MULER, le merlin dans les mains, ajuste le cercle de fer, chauffé à blanc, sur la roue en bois, avant de noyer le tout. Face à lui Louis PAUTHENET charron, entre les deux COLOMBIER ouvrier maréchal. Dans les spectateurs on peut reconnaître au fond et au centre Jules Grandchamp, sa légendaire casquette en arrière et la main droite posée sur l’épaule de son voisin.

A Messigny, la forge était située après le pont du Suzon, à droite en allant à Vantoux. Le forgeron, que ce soit Paul MULER ou Albert MICHOT qui lui succéda avant la seconde guerre, était parfois charron et d’autres fois maréchal-ferrant.

L’intérieur de l’atelier avait un certain côté dantesque avec son énorme enclume, une grande forge dont le charbon rougeoyait en permanence, ayant à son sommet une immense hotte munie d’un énorme soufflet que l’on pouvait actionner à partir d’une chaîne équipée d’une poignée. Un peu partout au sol des barres de fer et, accrochés aux murs disponibles, des outils en tous genres : tenailles, cisailles marteaux, grandes pinces sans oublier quantité d’autres outils parfois étranges.

Monsieur Albert MICHOT était surtout maréchal-ferrant, c’était véritablement là sa pratique essentielle. D’abord des chevaux de trait, puis des bœufs pendant la seconde guerre avant d’en arriver dans les années 1960 à ferrer les chevaux d’équitation. Il faut dire que progressivement l’équitation allait prendre de l’importance alors que le cheval de trait allait quasiment disparaître, tracteurs et autres engins motorisés agricoles ayant pris le relais.

Personnellement j’adorais l’odeur de la corne brûlée lorsque le fer rougi était ajusté au sabot du cheval. Le maréchal-ferrant devait donner au fer une forme la mieux ajustée possible au pied du cheval et ce n’était pas toujours très simple. Surtout lorsqu’il fallait tenter de corriger certains défauts du pied. C’est dire si ce travail n’était pas à la portée du premier venu. L’observation de la marche du cheval, la connaissance de ses pieds, la préparation appropriée qu’il convenait de donner aux sabots en coupant et limant la corne puis aux fers étaient autant d’opérations délicates qu’il fallait savoir maîtriser, donc requérant pour chacune d’elles une grande compétence. Celles de M. MICHOT feront de lui le maréchal-ferrant de plusieurs centres équestres à Dijon et Plombières notamment. Ce fut là une reconnaissance de son art, qu’il acceptera avec sa modestie légendaire. A sa disparition brutale, la forge sera fermée. A la vente de la maison et de toute la propriété M. POTRON deviendra propriétaire. C’est alors que la forge disparaitra pour faire place à une large pièce d’habitation.

A partir de là il ne fut plus question d’entendre le son si caractéristique du marteau frappant le fer ou l’enclume. Pourtant si distinctif : trois fois frappant le fer et une fois se posant sur l’enclume. Ainsi se trouvait rythmée la cadence du travail du maréchal-ferrant, surtout lors de la finition de la pièce qu’il forgeait.

Au temps de Paul MULER, le forgeron devenait parfois charron et là c’était une toute autre technique. J’ai surtout assisté à ce travail, tout un spectacle si l’on peut oser dire, dans ma prime jeunesse à Cussey les Forges, le charron étant M. POISOT. Je suis resté subjugué  par le ferrage des roues qu’il effectuait avec ses aides au bord de la Tille, un peu hors du village à gauche de la route conduisant à Villemervry. Là, un énorme brasier chauffait les cercles de fer jusqu’au rouge. Je dis les fers car ce travail très particulier, nécessitant beaucoup de préparatifs, avait été programmé pour plusieurs ferrages. Pour le village c’était tout un spectacle et plus encore pour nous les gosses. Sur le pré, de belles roues en bois, travail de bien des journées du charron, chacune bien calée de niveau attendait sa garniture ferrée. A quelques pas de là, la paisible rivière allait bouillonner en recevant la mission de refroidir le cercle de fer qui allait enserrer la roue en bois. Le charron et ses aides armés de grandes pinces allaient saisir le cercle dans le foyer pour l’ajuster avec précision sur la roue en bois. Puis rapidement, après ajustement du cercle, le tout était transporté, toujours avec les grandes pinces, dans le lit de la Tille. Spectacle un peu diabolique avec toute cette vapeur sortant de la rivière. Quelle ambiance, sous les applaudissements! C’était comme un jour de fête, surtout que plusieurs roues étaient ferrées le même jour. Que de qualités dans le métier pour en arriver là, car le charronnage d’une roue n’est pas à la portée du premier venu ! Tout un savoir comme charron, puis forgeron, un travail de force, face à la chaleur ou dans le froid mais finalement un travail d’art. Le moyeu de la roue, les rayons, donner au bois le cercle parfait, alors qu’il devra en être de même pour le cercle ferré et que l’ensemble devra « tourner rond » sans à-coup. Bravo l’artiste. A l’identique à Messigny, près de sa forge, Paul MULER s’y appliquait également mais je n’ai pas vu faire. La photo que j’en ai, je la dois à la gentillesse de notre regretté ami Jacky MARTIN qui nous a, hélas, quitté bien trop jeune. Lui qui avait tant et tant de connaissances sur le passé de notre village il nous manque terriblement. Crois moi, j’ai grand plaisir Jacky à te replonger dans ton village, à travers cette photo un jour confiée si aimablement.

M.MICHOT- 10-5-2019 007

– M. Albert MICHOT au Centre Equestre du parc de la Colombière à DIJON. Son assistant tient la patte du cheval recourbée pendant qu’il élimine le surcroît de corne avec une râpe. Au premier plan : la caisse à outils.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron et c’est en sciant que Léonard devint scie

Pierre Dac

G. BALLIOT

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Elections européennes 26 mai 2019 : résultats …

IMG_1146Inscrits : 1185                 Votants :  711           Valablement exprimés : 701         Blancs:          Nuls: 10

°  La France Insoumise :                                                               11       1,4    %

  •  Alliance Royale :                                                                     0           0     %
  •  La ligne claire :                                                                        0           0    %
  • Parti pirate :                                                                              1           0,14 %
  • Renaissance :                                                                        240         34,2 %
  • Démocratie Représentative :                                                 0            0 %
  • Ensemble Patriotes et Gilets Jaunes :                                   1            0,14 %
  • Parti des Citoyens européens :                                              0             0  %
  • Urgence Ecologie :                                                                    15          2,13   %
  • Liste de la Reconquête :                                                             0          0 %
  • Les Européens :                                                                        24           3,42 %
  • Envie d’Europe :                                                                       38           5,42 %
  • Parti Fédéraliste Européen :                                                    0           0 %
  • Oui Référendum d’Initiative Citoyenne :                              0            0 %
  • Debout la France :                                                                    19            2,7 %
  • Allons Enfants :                                                                          1             0,14 %
  • Décroissance 2019 :                                                                   0             0 %
  • Lutte Ouvrière :                                                                          1             0,14 %
  • P C Français :                                                                            13              1,85 %
  • Ensemble pour le Frexit :                                                      16              2,28 %
  • Printemps Européens :                                                           18             2,56 %
  • À Voix Egales :                                                                            0             0,14 %
  • R National :                                                                             106           15,12 %
  • Neutre et Actif :                                                                         0             0 %
  • Parti Révolutionnaire Communiste :                                    0             0 %
  • Espéranto :                                                                                 0             0 %
  • Évolution Citoyenne :                                                              0             0%
  • Alliance Jaune F. Lalanne :                                                     0            0 %
  • Les Républicains :                                                                   87          12,41 %
  • Europe Écologie :                                                                    90          12,83 %
  • Parti Animaliste :                                                                    17            2,42 %
  • Les Oubliés de l’Europe :                                                         2            0,28%
  • Union Démocratique pour la Liberté, l’Égalité, la Fraternité :           0    0 %
  • Une Europe au Service des Peuples :                                                       1    0,14%

LA VIGIE CITOYENNE.

 

 

 

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Elections Européenne; VOTEZ !!!

IMG_1145

Seulement 14 panneaux sur 34 sont garnis d’affiches !!! Les  » petites listes  » n’ont pas pu faute de moyens faire imprimer leurs affiches et leurs bulletins de vote. Vous pouvez cependant voter pour elles en imprimant vous même le bulletin de vote de votre choix sur internet.

IMG_1144

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Les électeurs assistés à Messigny et Vantoux !!!

Élection Présidentielle mai 2017 :

Albert, dans un commentaire envoyé à la VIGIE le lendemain du 1er tour, en mai 2017, s’étonnait de la présence nouvelle d’un préposé aux enveloppes. Un habitant posté derrière la table distribuait une enveloppe à chaque électeur. Pourquoi ? Albert avait raison de s’étonner de cette initiative. L’article 62 reprenant les dispositions du Code Electoral est très clair.

Article L62 En savoir plus sur cet article…
Modifié par Loi 69-419 1969-05-10 art. 9 JORF 11 mai 1969
A son entrée dans la salle du scrutin, l’électeur, après avoir fait constater son identité suivant les règles et usages établis ou après avoir fait la preuve de son droit de voter par la production d’une décision du juge du tribunal d’instance ordonnant son inscription ou d’un arrêt de la Cour de cassation annulant un jugement qui aurait prononcé sa radiation, prend, lui-même, une enveloppe. Sans quitter la salle du scrutin, il doit se rendre isolément dans la partie de la salle aménagée pour le soustraire aux regards pendant qu’il met son bulletin dans l’enveloppe ; il fait ensuite constater au président qu’il n’est porteur que d’une seule enveloppe ; le président le constate sans toucher l’enveloppe, que l’électeur introduit lui-même dans l’urne.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Les boulangers : « gagner sa croute « !!!

Messigny-ses cartes postales et ses Anciens 038

-Georges SOULIER et son mitron .

Etre boulanger avant la seconde guerre, pendant et directement après, était un métier extrêmement pénible. Même s’il n’est pas de tout repos de nos jours, plus rien de comparable avec cette époque. Les fours chauffés au bois exigeaient un gros travail avec l’approche de la charbonnette, le chauffage du four longtemps avant la première fournée du petit matin, puis un entretien permanent et calculé au fur et à mesure des fournées. Il y avait là tout un art appliqué à une connaissance parfaite de son four. Sans oublier qu’il fallait également manipuler les sacs de farine de 100 kg. La dernière cuisson faite il s’imposait de nettoyer le four, le pétrin, etc…puis préparer les tournées dans les villages voisins. Un p’tit repos après déjeuner et bien vite, en fin d’après midi, c’était déjà l’approche de la charbonnette au fournil, les sacs de farine, et le levain pour les pains du lendemain.. Le levain donnait une grande qualité au pain tout en le rendant plus digeste. Etre boulanger, c’était se condamner chaque jour à un réveil vers une heure du matin, voire même avant en certaines circonstances. Hier, le pétrissage de la pâte à la main, et pas n’importe comment, nécessitait force et compétence. Aujourd’hui, le pétrin moderne est le bienvenu en ce métier.

On ne peut être que confondu par la dextérité du boulanger, notamment à la pesée des boules de pâte. A quelques grammes près, c’est toujours proche du bon poids ! Un don déconcertant ! Des boules pourtant loin d’être identiques puisqu’elles seront reprises pour être préparées en « miches », « baguettes » ou « couronnes » et placées dans des bannetons assortis. Les « baguettes », encore en pâte, seront harmonieusement rangées sur des « couches » de jute, régulièrement lavées, que le boulanger repliera sur les côtés au fur et à mesure. A la mise au four les baguettes sont récupérées avec une spatule bois puis placées sur une pelle de bois à long manche. Là, elles recevront quelques entailles, faites à l’aide d’une lame. Puis, le four prestement ouvert, d’un coup sec du poignet, la pâte y est déposée à l’endroit précis souhaité. Pendant la cuisson la baguette de pain ne doit surtout pas toucher ses voisines de four, sachant d’autre part qu’il ne faut pas perdre de place. Il y a, dans le four, un rangement précis à respecter, malgré la rapidité imposée, c’est dire toute la difficulté.

Le temps de cuisson atteint et vérification faite il faut alors sortir « la fournée » dans un ordre bien établi et le plus vite possible. A certaines étapes de tout ce travail il est déconseillé de pénétrer dans le fournil, le moindre des courants d’air pouvant être néfaste à l’évolution de la pâte, et donc ruiner la qualité d’une fournée complète. Le boulanger travaillait beaucoup et gagnait peu. L’apprentissage était long, et d’une extrême rigueur. Avec l’arrivée de moyens techniques et mécaniques différents, même si ce métier s’est quelque peu amélioré, il n’en reste pas moins difficile. Depuis cette époque, les fours ont changé, ils ne sont plus chauffés au bois. La qualité des farines s’est également modifiée. Mais par contre je ne retrouve plus, personnellement, la qualité de notre pain d’antan, toujours parfait le lendemain et même le surlendemain, ce qui n’est plus le cas de nos jours.

Nous avions à Messigny deux boulangeries- épiceries, la boulangerie SOULIER par le « mi-temps » de la rue Principale et la boulangerie GAUTEY sur la place, à l’angle de la rue des Ecoles où elle reste aujourd’hui la seule.

Madame SOULIER, au doux prénom de Marianne, tenait le magasin épicerie. Dès qu’elles seront en âge de le faire ses deux filles Andrée et Simone participeront au développement du commerce. Très jeune Pierre, le fils, deviendra « mitron »l. A la mort prématurée de Georges, son père, il assurera la succession pendant quelques années avant de remettre la boulangerie.

La boulangerie GAUTHEY, d’abord tenue par les parents le sera ensuite par les deux enfants Albert et Yvonne. Eux aussi assuraient des tournées dans les villages voisins pour livrer pain et épicerie. C’est surtout à Yvonne que cette tâche incombait, alors que Mme GAUTEY mère servait au magasin et qu’Albert et son mitron s’affairaient au fournil. Inimaginable la rapidité avec laquelle Mme GAUTEY dressait la note de vos achats, sans jamais se tromper. Aussi performante que l’est de nos jours la calculatrice, laquelle ne s’imaginait même pas à l’époque. Gosse, j’étais toujours étonné de la voir faire l’addition.

Pendant l’occupation, avec les restrictions sévères sur le pain, nos boulangers locaux ont toujours fait au mieux de leurs possibilités pour leur clientèle. C’était important au plan alimentaire mais énorme aussi pour le moral. En 1959, toute la population sera dans la peine, au décès prématuré de Georges SOULIER, à l’âge de 54 ans. Lui ancien coureur cycliste sur piste au vélodrome des Allées du Parc à Dijon, lui qui avait tant donné de sa personne comme boulanger et Résistant.

Le pain a toujours la même importance, mais beaucoup moins qu’il ne l’était avant la seconde guerre. C’est de cette forte consommation que nous en avions qu’il nous fut si difficile d’en supporter les restrictions. Coupée dans une grosse miche, la tartine de pain, beurrée, avec du chocolat râpé dessus, pour nos « 4 heures » mais c’était merveilleux ! Que de souvenirs …Nous, les gosses, c’est déjà ça que nous avons perdu fin 1939 ! En cela, nous étions déjà des victimes ! A l’identique je n’oublierai jamais qu’en 1937 et 1938 un belle tranche de pain avec un bon morceau de lard gras, le tout bien enveloppé au fond de ma musette, m’accompagnaient « au champ les vaches » à la ferme Maurice COTETIDOT à Curtil St Seine. C’était simple et pourtant si bon ! La preuve, j’en salive encore !

Dans ses confessions, Jean Jacques ROUSSEAU rapporte qu’une princesse aurait clamé, parlant des paysans n’ayant pas de pain…« qu’ils mangent de la brioche ! ». Eh, oui grâce au travail de nos deux boulangers, nous pouvions nous aussi manger de la brioche le dimanche ! Sauf pendant l’occupation, bien entendu ! Merci à Georges SOULIER et Albert GAUTHEY et veillons à leur garder un bon souvenir,  ils ont tellement fait pour nous !

 » C’est marrant de dire qu’une boulangerie est un gagne-pain. »..Gilles Legardinier

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

L’eau descend, l’atrazine remonterait !!!

JEAN RIS dit :

Salut Vincent
Tu me fais toujours autant rire, surtout quand tu parles de toi à la troisième personne.
Pour le reste ton message relève une fois de plus de l’enfumage. Tu dis une chose mais fait tout son contraire. Et surtout, tu ne répond jamais aux questions qui t’embarrassent.
Pour ce qui est des cours de physique, je trouve cocasse que tu te poses en donneur de leçon quand on connaît ton parcours scolaire.
Cela étant, tu as raison sur un point : l’eau descend et ne monte pas. On appelle ça la gravité. De fait il y a de très grande chance qu’elle viennent de chez toi vue la position De ton exploitation sur le plateau. Au surplus, tu n’as toujours pas expliqué comment un produit interdit utilisé par des céréaliers aurait pu être employé par un maraîcher et à quelle fin.
Au plaisir de te lire.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Atrazine ; le pollueur serait parmi les pollués selon Leo !!!

Leo dit :

Comme d’habitude que ce soit Messivan ou Jean Ris, tous les deux mettent autant d’empressement à incriminer à la fois l’agriculteur qui cultive les parcelles sur le plateau de Grand Champ ainsi que le maire qui cautionne ces façons culturales, avec des thèses qui ne tiennent pas debout .
En effet qu’ils nous expliquent comment une conduite d’eau sous pression peut elle être polluée par une eau qui ruisselle en surface. Ce type de raisonnement démontre d’une manière flagrante une méconnaissance la plus totale du plus élémentaire principe physique.
Dans quel but assènent ils ces contres vérités si ce n’est pour masquer peut être une autre réalité à savoir celle qui consisterait à envoyer dans le réseau d’eau public avec une pression supérieure une eau d’une autre provenance? Pour prouver cette hypothèse une seule solution s’impose et elle a été suggérée par le maire lors d’une réunion du conseil municipal c’est de procéder à un contrôle drastique et indépendant de toutes les installations le long de cette conduite.Demande que le maire aurait renouvelé auprès de l’ARS en vain semble t’il.
Pour le reste cette relance d’une polémique n’a à mes yeux qu’un seul but: essayer pour tous les moyens de discréditer le maire en vue des prochaines élections.
C’est de bonne guerre …., les électeurs se détermineront le moment venu.

L.V.C : Leo devrait rendre publique la liste de toute les installations le long de la conduite  alimentant les habitations du plateau de Grandchamp susceptibles d’envoyer de l’eau dans le réseau public.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Débaptiser Messigny et Vantoux !!!

Jean Ris dit :

Sauf si la personne chargée de la défense de l’intérêt général est partie prenante dans la pollution. Ceci explique l’attitude du pretenom qui a depuis le début fait diversion en accusant sans l’ombre d’une preuve les exploitants de la ferme des Marcs d’Or.
Pour mémoire il leur est en partie redevable de son élection, Madame a même été son adjointe jusqu’à sa démission.
Cette affaire ne pourra être résolue tant que lepretenom sera en place. J’ajoute que l’ensemble du conseil est complice de par son inaction sur ce sujet comme pour le reste.
La présence du produit étant stable et continue, je propose de changer le nom du village pour Attrazine et Vantoux.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Atrazine : les habitants ne sont pas des gobe-mouches ni des niais …

L’utilisation totale de l’atrazine est interdite depuis juin 2003. Aucun utilisateur habituel de cet herbicide ( les agriculteurs ) n’était donc sensé en acheter, en détenir, en utiliser depuis cette date . Comment alors expliquer la présence de traces de ce pesticide dans l’eau potable d’un secteur de Messigny 15 ans après son interdiction ? Quelles explications plausibles donner aux habitants concernés. Les jardiniers du dimanche n’utilisent pas ce produit . Restent les agriculteurs qui travaillent la terre sur le territoire du plateau de Grandschamps. Ils ne sont pas nombreux. Et l’erreur de manipulation , à un réservoir d’eau potable, au moment du remplissage d’un tonne contenant de l’atrazine, à mélanger avec de l’eau, serait la seule explication crédible avancée par des exploitants agricoles . Les investigations sur un territoire aussi restreint avec si peu d’exploitants potentiellement concernés ne semble pas si compliquées . Et, il serait étonnant que le ou les responsables ne soient pas identifiés !!!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Brève ; salle des fêtes et inondations de 1955 et 1965 …

SUZON et Avril 2014 018

La Mairie aurait, par mesure de précaution, décidé d’équiper la salle des fêtes et les extensions envisagées d’un parquet flottant !!!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Européennes ; la campagne démarre !!!

S4340001

Plus que 10 jours avant le vote pour les élections européennes le dimanche 26 mai . C’est parti pour la campagne, déjà une affiche sur le panneau 20 … Une mobilisation sans précédent !!!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Crues du Suzon : 1955, 1965…

S4330003

Le pont , la gare étaient sous 1 mètre d’eau. Certains persistent à croire que cela ne peut plus se reproduire !!!

S4330004

SCAN0001

LA VIGIE CITOYENNE.

 

 

 

 

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Elections européennes ; une campagne qui ne passionne pas!!!

s4320004.jpg

Les élections européennes se dérouleront le dimanche 26 mai . Nombreux politiques critiquent les électeurs qui selon les sondages ne se mobilisent pas pour cette élection. A regarder les panneaux désespérément  vides, ils ne sont pas les seuls. Espérons que les élus seront plus motivés, plus enthousiastes, pour assister aux séances.

s4320005.jpg

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

La zone 30 a franchi le pont !!!

s4330001.jpg

La zone 30 a franchi le Suzon pour s’étendre à la rue du stade . Faut-il y voir un lien avec les problèmes d’insécurité prévisibles, inhérents à l’extension de la salle des fêtes, relevés par de nombreux lecteurs de la Vigie ?

s4330002.jpg

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Sécurité : 30km/h + dos d’ânes +chicane ou écluse et …

 

Les ralentisseurs, d’après la norme, ne doivent pas dépasser 10 centimètres de hauteur!!!

s4320001.jpg

....en cas de dommage sur un véhicule avec une bosse qui ne respecte pas la réglementation, il est conseillé de « porter plainte contre le maire, qui est responsable de la voirie de sa commune ».

Le maire d’une  commune du Var a été condamné à 2000 € d’amende pour non respect de la hauteur légale de 10 cm et au remboursement des frais engagés par l’automobiliste.

Les autorités de tutelle se sont-elles penchées sur le respect des normes de sécurité qui s’imposent avec le projet d’agrandissement de la salle des fêtes et par conséquent un accroissement de la circulation des véhicules et des personnes . Sa localisation au fond d’une impasse impliquant une circulation sur un seul axe avec un étranglement et des dos d’ânes devrait retenir leur attention. La responsabilité de la commune se trouvera engagée en cas de problème nécessitant l’intervention des secours empêchés d’arriver à temps pour prendre en charge un blessé, une victime d’un incident cardiaque etc…

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Rouletabille et l’alambic …

Rouletabille dit :

Alambic du Syndicat de Messigny – cet alambic a été acheté en 1909 et il a servi dès novembre-décembre de la même année. Vu son imposante structure, il fallait le loger ce qui donna lieu a de mémorables différends consignés dans un registre. En 1910-1911 il est accueilli par Julien Midant pour être ensuite transféré dans la cuverie de Mme Carteret. S’ensuivit une série de quiproquos entre plusieurs personnes sur le transfert de cet alambic qui ne pouvait s’effectuer sans un acquit de transport délivré par la Régie! Finalement une convention fut signée entre le Syndicat et la Veuve Bultey, née Eugénie Paillet, à Messigny qui s’engage à loger l’alambic dans sa grange fermée du 1° juillet 1911 au 23 avril 1912 moyennant un loyer de 8 fr 50 par an.Location reconduite chaque année. La grange est située au N° 6 de la rue de la Corvée du Pont. Il existe un pamphlet manuscrit de 61 strophes intitulé « Histoire d’un alambic perfectionné », stigmatisant l’utilisation de cette mécanique. Nombre d’habitants du village en prennent pour leur grade! Le document est anonyme!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

L’faisou d’goutte !!!

G.Balliot.

0581

– Le moment crucial : l’eau de vie commence à couler, il faut alors veiller à ce que ce ne soit pas trop rapide, qualité et quantité en dépendent.

Un bien étrange métier ! Exigeant beaucoup de savoir faire, une grande connaissance de son alambic et surtout une appréciation très pointue de ce qu’il va devoir distiller. Tout un chacun peut faire de la « goutte », de l’eau de vie pour parler correctement. Encore que l’appellation « eau de vie » n’est sans doute pas, sans qu’il soit besoin de l’avis du corps médical, la mieux adaptée. Quoiqu’il en soit, avec le produit une fois passé par l’alambic, il y aura « eau de vie » et « eau de vie ! Elle sera excellente, parfumée ou exécrable ! Il suffit d’un petit rien et tout peut basculer du bon au mauvais. C’est là où intervient la maitrise du « faisou de goutte ». En plus du savoir, il lui faut un grand doigté qui entre en jeu tout au long de la distillation. S’y ajoute l’art « du bouilleur de cru ». Pour chaque « chauffe » en fonction du fruit à traiter, de sa présentation et de la quantité il doit définir ce qu’il faut faire et surtout éviter. De lui dépendra pour beaucoup la qualité de l’eau de vie !

C’est un métier ou il faut savoir être patient. Un peu de précipitation et la «  chauffe » risque de brûler quelque peu, voire de coller, ce qui donnerait un très mauvais résultat. Il lui faut également éviter une accélération au moment où l’eau de vie commence à couler. Il lui faut refroidir le serpentin avec délicatesse, sinon… ! Attention à « la goutte » arrivant trop vite, elle serait trop rapidement stoppée. Il faut savoir entretenir le feu d’une façon constante pour éviter les à coups de chauffage dans la cuve. Bref il faut savoir veiller à tout et tout le temps. Il faut surtout « avoir la main » ! Oui, « la main » car c’est elle qui tâte la tuyauterie et doit être à même de déceler rapidement le refroidissement ou la surchauffe. C’est cette « main » qui reste le meilleur avertisseur du « faisou d’goutte ». C’est cette main qui le renseignera le plus efficacement sur la conduite à tenir.

A Messigny et Vantoux, dans les années 1930, sauf cas de force majeur, c’est Armand LELONG, par ailleurs garde champêtre, qui sera le « bouilleur de crus » du village et des alentours. La réputation « de sa main » était grande, sa serviabilité et son honnêteté aussi. Chaque année, vers Novembre, l’alambic était installé à côté du lavoir, devant le grand abreuvoir. C’était à chaque fois un événement. Jusqu’en 1953, chacun pouvait distiller sans aucun inconvénient, ce qui n’est plus le cas. Désormais il est obligatoire d’être propriétaire des fruits pour bénéficier d’un tarif préférentiel sur les taxes imposées, et dans une certaine limite d’alcool. Pour le surplus et les autres postulants à la distillation, les taxes deviennent très élevées afin d’ être dissuasives.

Malgré la proximité du lavoir, il y avait alors beaucoup de monde en permanence autour de l’alambic. Il n’était pas le seul à distiller…quantité de foies s’y exerçaient, non sans mal pour certains. Quelques femmes également, ne rechignaient pas sur un p’tit verre de gnôle ! Sous couvert de « déguster » la « goutte » de Pierre, Paul ou Jacques certains arrivaient à faire plusieurs visites dans la journée. Autant dire que pour eux, le soir venu, la remontée de la rue n’était pas toujours chose facile. Surtout que tout en haut, il fallait passer entre deux bistrots !…Et là, la tentation était grande…quand ce n’était pas un copain, bien intentionné, qui invitait à y faire une pause. Je ne sais si vous avez déjà remarqué, mais c’est fou comme on se plait à offrir à boire à ceux qui n’ont plus soif …et que ça s’voit !

L’alambic restait installé pendant plusieurs mois. Il s’y distillait des dizaines et des dizaines de litres de « gnôle » chaque année. Que ce soit de la prune, du kirsch, du marc, que ce soit des fruits forestiers : alises ou sorbes. Il est vrai qu’au village et ceux alentours il y avait alors beaucoup d’arbres fruitiers et à Messigny beaucoup de vignes. Il faut dire qu’en ce temps là il se buvait aussi beaucoup d’eau de vie en de nombreux ménages. Parfois même dès le matin après le petit déjeuner, mais presque régulièrement, chaque dimanche, au terme du repas. C’était devenu une tradition. Personne n’y voyait grand mal. On citait même couramment l’exemple de personnes très âgées qui s’étaient « bien conservées » grâce à la « gnôle » ! A entendre certains c’était un véritable élixir de vie. !

Pendant des décennies monsieur Armand LELONG a fait « la goutte ». L’âge venu il s’est entouré d’un aide, M. ROUSSEL, pouvant le remplacer le moment venu. La succession s’est faite fin des années 70. Puis l’alambic changera de lieu pour s’installer rue de la Corvée du Pont, face à la rue du Stade, avant de revenir rue du Moulin, près le l’atelier communal A son tour M. ROUSSEL passera le relais. C’est ainsi que chaque automne l’alambic était installé dans le village. 2018 n’a pas connu cet événement, serait-ce la fin d’une tradition jusqu’alors bien locale ?

Messigny et Vantoux doit son alambic au Syndicat viticole et horticole qui s’était constitué, il y a de cela des décennies, pour permettre aux nombreux récoltants d’écouler régulièrement leurs produits dans les meilleures conditions. Chaque année, aux diverses récoltes de fruits, les propriétaires récoltants livraient deux fois par semaines, au lieu indiqué dans le village. Voyez comme nous sommes loin aujourd’hui de cette époque qui subsistait encore dans les années 1960. Se livraient alors au Syndicat : fraises, framboises, groseilles, cassis, cerises, prunes, pommes, poires, sans oublier le raisin. Ces cultures sont aujourd’hui quasiment disparues du territoire communal, du moins pour satisfaire une vente régulière. Il faut dire aussi que bien souvent elles étaient propriétés entretenues avec soins, par des ménages modestes pour permettre d’améliorer les revenus du ménage. Au retour d’une dure journée de travail, au bois, à la carrière, en agriculture ou en usine la soirée s’achevait à l’entretien, dans son petit lopin de terre, de toutes ces « richesses » délicates et parfumées. Pour entretenir ces moyens de subsistances il fallait hélas commencer par accepter de supporter les courbatures. Mais il fallait voir leur fierté devant la qualité de leurs récoltes. N’est-ce pas Alice…Auguste et tant d’autres ? Comme vous aviez raison et bien au-delà de ce que vous pouviez en juger à l’époque..

0034

Nous sommes en 1958, Armand LELONG l’alcoomètre à la main s’apprête à « peser » l’eau de vie et à la « régler » avec la « petite eau ». Avant de sortir la « chauffe qui s’achève Georges PERNOT, son aide, savoure sa cigarette.Entrer une légende

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

L’atrazine , le retour !!!

Joseph dit :

En parlant d’informations nous devrions bientôt apprendre que de nouvelles traces d’atrazine auraient été découvertes dans les dernières analyses à Grandchamps…à moins que l’information ait du mal à circuler! Il serait intéressant d’enfin savoir d’où viennent toutes ces pollutions ?

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Une pétition générale !!! pourquoi pas …

Once Bouge dit :

En accord total avec Monsieur Balliot, c’est une pétition générale qui doit être organisée afin de faire prendre conscience de l’ineptie de ce projet, tant du point de vue de la mise en cause de la sécurité, des nuisances occasionnées que de l’ampleur démesurée de son coût financier. Dans le même temps, par le biais de la Vigie, les opposants à ce projet pourraient se concerter en vue d’examiner l’opportunité de déposer un recours administratif avant qu’il ne soit trop tard.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

L’insécurité du  » Cul de sac … »

G.Balliot dit :

Je vous en prie arrêtez de vous « défausser » sur les riverains du plateau festif et sportif de la rue en « cul de sac » du Stade. En cas d’un drame possible hélas, mettant en cause l’encombrement de cette rue, en quoi les riverains seraient-ils plus responsables que les habitants du reste du village. Nous avons une municipalité qui s’entête à entreprendre des travaux en un lieu avant même de lui avoir donné une accessibilité parfaite. C’est une faute, mais les autorités départementales ne sont-elles pas là pour y remédier, que ce soit au niveau des pompiers, du service hospitalier d’urgence ou de la Police ? Si localement une démarche doit être entreprise, c’est par une pétition générale pour enfin faire prendre conscience des dangers encourus. Que l’on soit habitant du bas ou du haut du village un drame qui aurait pu être évité, dans nos murs, doit nous toucher tous de la même façon, sinon je ne comprendrais plus dans quel pays j’habite !

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | 1 commentaire

On peut braver l’interdit avec un peu d’honneur et de courage …

Rouletabille dit :

Joséphin on ne vous a pas vus souvent parmi les spectateurs des séances publiques car si cela avait été le cas il y a des phrases que vous n’auriez pas écrites. Notez, si vous le voulez bien pour votre gouverne: que dès le début du mandat le maire a interdit formellement toute diffusion d’informations à destinations des électeurs (trices), tout comme a été interdit toute intervention publique au cours des séances bien préparées à l’avance! Il y eut même une soirée mémorable à ce sujet. La liste majoritaire a pris fait et cause pour cette décision ce qui signifie que ces élus ne savent pas ce qu’ils représentent et encore moins à quoi ils servent. Pour ce qui est des « démissionnaires » interrogez-les et vous obtiendrez des réponses. Le maire a toujours « refusé » de lire en public une lettre de démission dite ‘ouverte’ ou de la publier sur le site privé de la commune. Ce qui se comprend lorsque l’on connaît le contenu de l’un ou l’autre de ces envois. La Tetubo est une affection chronique inguérissable qui fait des ravages. Si F.G est partie c’est peut-être aussi pour des raisons très personnelle, donc inutile de lui jeter des cailloux même sous forme de gravillons. A préciser que cette personne pensait sans doute, être suivie par d’autres élus. Hélas, le courage n’est pas dans les rangs des pleurnicheurs. Rouletabille engage le pari que si une liste concurrente, intelligente et ouverte se crée d’ici mars 2020 des élus actuels ‘sortants’, nous disons bien ‘sortants’ quitteront le navire en naufrage pour tenter de rallier cette nouvelle liste. Il sera intéressant de connaître leurs motivations qui ne manqueront pas de souffle ou de culot (au choix).

 

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Abonnez-vous au journal local pour être informés !!!

Jean Ris dit :

Les deux premiers démissionnaires ont fait l’objet d’un article dans Le Bien Public. Les raisons de leurs démissions y figurent. De mémoire, ils étaient en désaccord avec lepretenom et ont préféré partir en voyant comment aller se dérouler le mandat. Visiblement ils n’ont pas eu tort.
Tels sont les éléments connus. Tout le reste n’est que supposition. Maintenant il est toujours possible d’aller directement leur demander leur version de l’histoire puis de la confronter à celle du pretenom.

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Prenez rendez-vous…

Joseph Joséphin dit :

Messieurs Kayser et Jean Ris, vous suggérez donc aux électeurs des démissionnaires de prendre rendez-vous individuellement avec eux si ils veulent avoir des informations sur les raisons de leur démission . Toujours très critiques sur l’absence de communication du maire, vous semblez pourtant, selon votre logique,  vouloir lui donner raison en invitant les habitants à le rencontrer individuellement pour obtenir des informations sur les actions de l’équipe municipale !!!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Absence de mobilisation des riverains et des autres …

C.Kayser dit :

Monsieur Le Gros, en toute sympathie, ‘kayzer’ s’écrit ‘kayser’ depuis 1870-71 (document à l’appui). Ceci étant précisé avec un sourire taquin qui agace les ‘copains’!!! Ce complexe se fera, un point c’est tout . Ceux auxquels il a été imposé par le ‘chef’ et peut-être le ‘sous-chef’ ne sont pas domiciliés dans ce quartier donc pas de nuisances. Il est simplement étonnant comme le soulignait indélicatement une correspondante de la Vigie qu’aucun riverain ne se mobilise contre ce projet qui peut encore être bloqué. Pourtant nous avons entendu geindre presque aux larmes quelques habitants de ce quartier ! Il est certain que leur propriété va perdre de la valeur dans une proportion non négligeable. Au fait monsieur le maire n’habite plus le village il cherche vainement un logement sur place…si vous avez une adresse…merci pour lui!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | Laisser un commentaire

Le secret des démissions !!!

Joseph Joséphin dit :

Les candidats à une élection demandent aux électeurs de leur faire confiance. Mais une fois élus, ils exercent secrètement  leur mandat en oubliant rapidement de rendre des comptes sur leurs actions à leurs électeurs. Pas la peine de chercher dans les comptes rendus du conseil municipal ou d’assister aux réunions pour avoir des informations. Il faut chercher ailleurs, écouter les rumeurs ou lire la vigie pour recueillir des bribes d’informations. Plusieurs conseillers ont démissionné. Les habitants l’apprennent encore par la rumeur ou le site » au fil du Suzon « . Aucun d’entre eux n’a apparemment cherché à informer les habitants qui les ont élu sur les raisons pour lesquelles ils ont été conduit à démissionner. Ils auraient pu, par respect pour leurs électeurs, attendre le prochain conseil pour lire leur lettre de démission ou demander une lecture par le maire ou un conseiller en séance publique. Hélas, ils ont choisi de se taire, de continuer à entretenir le secret de l’action ou l’inaction de l’équipe municipale qu’ils ont observées pendant la durée de leur mandat jusqu’à leur démission. Comme si ils voulaient continuer à protéger le maire qui les a pousser à la démission.

LA VIGIE CITOYENNE.

 

Publié dans Messigny et Vantoux | 2 commentaires

Concentrer les activités au bout d’une impasse !!!

Le Gros dit :

C’est un beau chantier dans cette rue, dés qu’il y a du monde c’est fini,ça bloque.
Un jour il a fallu pousser une voiture garée trop près du champ en face la salle car elle était tombée dans l’ornière anti gens du voyage « du maire « !!! quelle misère cette circulation dans les rues de messigny.

Enfin , comme le dit mr kayzer, nous n’avons qu’a subir les choix de cette splendide équipe municipale où personne ne s’accorde !!

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | 1 commentaire

Aménagements festifs et sportifs rue du Stade …

G. Balliot dit :

Dans un document paru « Au fil du Suzon » en date du 20 Avril 2019 « Arlette » dit, en particulier à propos de la salle des fêtes… « Au fait on n’entend plus les riverains râleurs contre cette salle. Grandes g…et rien dedans ».

Arlette a le droit de dire ce qu’elle pense mais je lui ferai observer qu’il n’y a pas que les riverains qui sont concernés par les aménagements festifs et sportifs de la rue du Stade, tous les citoyens du village le sont et à plus d’un titre.

Habitant rue du Stade, pour avoir fait le constat à diverses reprises des difficultés de circulation que pose cette rue  « en cul de sac » lors des manifestations importantes, je me dois de faire une sérieuse mise en garde.

A diverses reprises, tous les véhicules étant totalement à l’arrêt, j’ai dû faire stationner des visiteurs autour de ma résidence pour débloquer momentanément et partiellement la circulation. Le rétrécissement en S, et alternatif, à hauteur du n° 8 de la rue étant le générateur de cette situation avec le manque de places de stationnements. Les automobilistes qui quittent les lieux ne peuvent le faire dès lors que ceux qui arrivent ont la priorité de passage interdisant ainsi les départs qui libèreraient de la place.

J’ai expliqué de vive voix cette situation, mais les autorités locales ne veulent l’entendre. Avec les nouveaux aménagements il n’y a plus aujourd’hui de voies de dégagement. La situation ne pourra donc que s’aggraver. Elle va devenir non seulement sérieuse mais dangereuse, dans le cas d’un appel de secours en urgence, aggravé du risque de ne pouvoir accéder rapidement sur place. Faudra-t-il attendre que cette situation soit douloureusement vécue pour en faire le constat pénible, alors qu’elle devrait raisonnablement être réglée en préalable à tous les aménagements festifs et sportifs du lieu ?

LA VIGIE CITOYENNE.

Publié dans Messigny et Vantoux | 1 commentaire