G. Balliot à Leo : vérifiez vos informations …

A Messigny et Vantoux les colères sporadiques mais extrêmement violentes et rapides du Suzon font souvent débat en raison de sa sécheresse prolongée tous les étés. Il faut les avoir connues pour s’en faire une idée exacte. Dans les années 30 et 40 nous avions enregistré de fortes crues, mais pas comme le 12 Janvier 1955 où, en quelques heures seulement, ce fut le déferlement. Le territoire était couvert au large de ce qui est aujourd’hui la rue du Moulin à la voie ferrée, aujourd’hui rue du Stade. Et, pour autant, nous étions encore loin des inondations de 1910 selon les repères que l’on avait toujours à cette époque, près du pont à l’angle de la rue du Moulin.
En Janvier 1955 il était tombé sur la région 25 à 30 centimètres de neige. Puis ce fut le réchauffement brutal suivi de très fortes pluies. Tout le vallon était sous les eaux. Toutes les sources:Gibarde, Morane,St Fol, Charrière, Charbonnière, Goâ, Chêneau, Préau, La Mairie, etc.. s’étaient transformées en torrents pour se précipiter au Suzon. A Messigny, ce qui n’arrange rien c’est le pont de l’ex ligne de chemin de fer, que l’on trouve de l’autre côté de la route, face à la rue du Stade. Son gabarit trop juste, étrangle le débit du Suzon et contribue au refoulement des eaux vers l’amont.
Solution de facilité: on peut toujours se dire » nous n’en sommes plus là ,ça ne se reproduira pas ». Erreur très grave, il n’est pas nécessaire d’être devin pour prévoir qu’un jour, hélas, nous connaitrons de nouveau cette situation. Il suffit donc de faire preuve constamment de la plus grande sagesse pour éviter le pire en ces zones à risques. Le relief est là, nous n’y pouvons rien. Et surtout il faut bien se mettre en tête que si l’on peut stopper le feu on n’arrête pas l’eau!
De là à dire que les nouveaux bâtiments prévus, présentent un risque supplémentaire… pas du tout!
Mais il faut absolument demeurer conscient de possibles dommages alors aggravés,car le risque inondation existe bel et bien: le passé l’ayant démontré! Surtout que l’on ne vienne pas nous dire » …avec les changements intervenus en ces lieux: l’eau ne passera pas… » Eluder ainsi le problème est non seulement une faute de gestion mais courir de gros risques face aux leçons qui pouvaient être tirées du passé.
Léo argumente sur des bases inexactes, ce qui n’est pas très rassurant. Il devrait savoir que la rectification du lit du Suzon a été nécessitée par l’aménagement du pré communal RACLOT et non pour permettre les terrains de football. Les méandres du Suzon étaient à gauche et non à droite. D’ailleurs, à ce propos, je me pose la question de savoir comment les habitants du lotissement RACLOT ont apprécié les informations, données au Conseil Municipal du lundi 19 Février 2018, affirmant que ce sont eux qui sont menacés par une éventuelle inondation. Ce qui revient à nous informer que la municipalité REVOL a initié un lotissement « les pieds dans l’eau ». Bravo!

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s