Répétition de la fanfare des pompiers de Messigny avant une éventuelle inauguration de la salle des fêtes rénovée !!!

P1040125Si on évoquait nos ‘Sapeurs-pompiers’ ?

Sous l’impulsion du maire Pierre Grapin naît le premier groupe de 30 volontaires équipés de deux grandes échelles de 12 m. et d’une dizaine de seaux en toile. La subdivision de Sapeurs-pompiers de Messigny est officialisée en 1910. Tout au long de son existence elle déploya une très grande activité aussi bien sociale que festive notamment le jour de la Ste Barbe. En 1937 dans le cadre d’un concours départemental nos sapeurs sous la houlette du lieutenant André Choumette rentrèrent au village porteurs d’une ample moisson de lauriers : prix de manœuvre, prix de tenue et de présentation, prix d’instruction technique, prix d’honneur etc…La réputation et la compétence de cette subdivision allait dépasser largement les limites du canton. Il est bien connu que lorsque tout fonctionne bien et que certains de nos concitoyens se distinguent par leur dévouement ou leur compétence, des jalousies se dessinent. En 1953 ces dévoués serviteurs de la sécurité publique démissionnent en bloc. En effet, un sous-officier en retraite ancien adjudant, accusait ouvertement nos Sapeurs-pompiers de ne pas être capables de marcher au pas ! Au même moment deux incendies dans une laiterie et dans un hangar à paille n’avaient pu être maîtrisés faute d’une moto-pompe en état de fonctionner. Les ragots, les quolibets fusèrent, des concitoyens mal intentionnés firent des gorges chaudes de ces incidents et Messigny se trouva divisé en deux camps. Le torchon brûlait entre partisans et adversaires des Sapeurs-pompiers. Mais le pire de tout aux yeux de ces volontaires du feu c’est que les médias bourguignons de l’époque s’emparèrent de l’affaire à un point tel que des articles parurent au plan national dans France-Presse, France-Dimanche et France-Soir. Ce fut presque une affaire d’Etat ! Emile Montigny, maire tenta de relancer cette subdivision, en vain. Le mal était trop profond pour ces hommes au service de leurs semblables qui s’engageaient alors à servir pour cinq ans. Exit nos Sapeurs-pompiers ! Rappelons quelques noms pour l’histoire locale : en 1908.. Louis Pauthenet et Auguste Belin, clairons – Henri Meuret, responsable de la pompe à incendie. En 1910…Emile Montigny, sous-lieutenant – Paul Chastin, sergent-major – Albert Javelle, sergent – Hippolyte Allard, caporal-fourrier – Pierre Roux, caporal – Jules Gossot, clairon – Cogniard et Philippe Mielle, sapeurs. En 1935….Lombard, caporal. En 1946…André Choumette, lieutenant. En 1951…André Meuret, lieutenant – Marcel Tissier, Julien Muller, Gabriel Couturier, Marcel Muller, Eugène Messe, André Decamp, Marcel Parriot, Henri Grandchamp, Georges Balliot, Armand Lelong, Achille Rousselet, Georges Parriot, Adrien Perse. Cette liste est bien incomplète, peut-être que l’un ou l’autre des anciens de cette subdivision seront à même de préciser les choses qu’ils en soient par avance remerciés. Rouletabille accepte tout pour compléter au plus juste le chapitre concernant le Devoir de Mémoire de nos ‘Sapeurs-pompiers’.

 » Patient est le pompier car il démarre au bas de l’échelle « 

P1040126

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s