Le 15 Juillet 1961 trois jeunes de Messigny étaient accidentés au fort d’Asnières les Dijon …

Capture d’écran 2020-04-02 à 23.56.16

Avant sa disparition, le fort d’Asnières les Dijon, (Bois Brûlé) s’intégrait dans le paysage environnemental de Messigny et Vantoux, il était « posté » à l’est, sur la colline d’Asnières. Sa construction avait commencé le 1er Mars 1876 pour se terminer fin 1877. D’ailleurs, aussi étrange que cela puisse paraître, il faut savoir que « l’eau de Jouvence » aura contribué à la construction du fort, à partir d’un arrêté préfectoral du 25 Février 1876, règlementant cette situation, à destination de la commune de Messsigny.

. Avec d’autres : -Varois- (Charlet)- Sennecey (Junot)- Beauregard (Fauconnet)- Motte-Giron (Roussin) et Hauteville (Carnot)-, le fort d’Asnières formait une ceinture de protection du dijonnais. La guerre de 1870/71 avait laissé des traces. Que ce soit en 1914/1918, ou même en 1940, le fort d’Asnières n’aura pas d’importantes missions stratégiques. Pendant la guerre de 1914/1918, il sera surtout utilisé pour stocker des munitions en tous genres. Ce qui sera encore surtout le cas en 1939/1940 puis ensuite par l’armée allemande qui l’utilisera, elle aussi, pour stocker ses munitions, à partir de 1941. Ce qui la conduira d’ailleurs à tout faire sauter le 8 Septembre 1944 avant de quitter précipitamment les lieux pour battre en retraite. Laissant ainsi à la commune d’Asnières les Dijon et aux autorités départementales de lourdes responsabilités devant une destruction partielle et un armement qui ne l’était pas totalement. Le fort étant devenu à l’évidence un lieu dangereux à fréquenter !

Le dimanche 15 Juillet 1961, 4 jeunes de Messigny et Vantoux, inconscients des dangers et pris par l’envie de faire de la photo tombent d’accord pour se rendre au fort d’Asnières dans la perspective d’y faire de beaux clichés avec un appareil dernier cri ! Lorsque la pluie d’orage se met à tomber les 4 jeunes se réfugient dans une galerie pour s’abriter. Et c’est là que l’un deux découvre un engin qu’il manipule avant de prendre des pierres pour le marteler. Se produit alors une violente explosion, blessant l’un à l’œil, une jeune fille à la poitrine et aux jambes, et Serge BEAUFILS le plus gravement atteint, blessé qu’il était aux jambes aux mains et au visage. Non atteint, le quatrième partait sur son vélomoteur donner l’alerte au village tout en y transportant la jeune fille.

L’adjoint au maire, monsieur ROUSSET, alerta aussitôt la brigade de gendarmerie d’Arc/Tille et les secours d’urgence pour organiser les soins et l’enquête. Laquelle avancera qu’il pouvait s’agir d’un détonateur.

Un mois et demi plus tard, malgré tous les soins apportés à son état tant à l’hôpital de Dijon qu’à l’hôpital Edouard Herriot à Lyon, Serge BEAUFILS ramené chez ses parents à Messigny devait décéder le 4 Septembre 1961 à l’âge de 15 ans, après 1 mois et demi dans le coma.

Un décès qui allait jeter la consternation dans tout le village. C’était là, 20 ans plus tard, une victime à retardement d’une guerre qui avait déjà tant et tant marqué le village, par d’autres événements : miliciens locaux, arrestations. Sans oublier le jeune André LEGUET qui avait totalement perdu la vue en manipulant une grenade trouvée à terre. Rééduqué il deviendra un jeune plein d’optimisme, extrêmement doué dans ses déplacements. C’était extraordinaire de le voir se déplacer. Ainsi dans la rue principale du village, contournant les autos en stationnement, guidé qu’il était par les odeurs. Hélas, il perdra la vie dans un accident d’auto, entre Francheville et la route de Troyes, après une sortie entre copains.

Une fois de plus, voilà qui nous ramène à clamer : «  mieux vaut entretenir la paix que préparer la guerre ». C’est en cela que développer des liens étroits, entre HARXHEIM et MESSIGNY & VANTOUX, par exemple, comme le fait si bien le Comité de Jumelage est merveilleux. Tout en étant, ô combien, éducatif de PAIX pour la jeunesse des deux pays.   G.BALLIOT.

Capture d’écran 2020-04-03 à 00.04.39.

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s