LE MONDE COMPTE 8 MILLIARDS DE FEMMES ET D’HOMMES TOUS ISSUS DE L’IMMIGRATION. !

L’Homo Habilis est considéré comme notre ancêtre à tous. Il a migré de l’Est de l’Afrique vers l’Asie et l’Europe.

 » Nos ancêtres, les Homo sapiens sont à l’origine de la première grande vague migratoire de l’histoire humaine, qui a commencé en Afrique entre – 200 000 et – 50 000 ans, pour atteindre l’Europe autour de – 40 000 ans et l’Amérique entre – 20 000 et – 15 000 ans. »

Quel est le but d’un migrant aujourd’hui?

Certaines personnes partent chercher un emploi ou faire des études. D’autres fuient des persécutions ou des violations des droits humains comme la torture. Des millions tentent d’échapper à des conflits armés ou à d’autres crises ou situations violentes.

« En 2020, pour 100 personnes nées en France, quatre vivent dans un pays étranger selon l’Ined. En comparaison, pour 100 personnes nées dans un pays d’Afrique, trois ont changé de pays ».

Quand les migrants étaient Européens

Histoire vivante – Migrations • L’Europe n’a pas toujours été la terre d’asile convoitée d’aujourd’hui. En un siècle, entre 1820 et 1920, 55 millions d’Européens ont quitté le continent. Et après 1945, 15 millions de personnes ont été déracinées.

A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le redécoupage de l’Europe va jeter sur les routes plus de 15 millions de personnes.

 » Depuis quelques décennies, l’Europe est devenue l’une des premières destinations migratoires au monde. Un défi difficile à relever, comme le démontre la crise actuelle aux portes de la Méditerranée. C’est que jusque-là, le Vieux-Continent s’était plutôt habitué à voir ses habitants émigrer. En un siècle, soit entre 1820 et 1920, plus de 55 millions d’Européens ont quitté le continent. Près des deux tiers (33 millions) ont rejoint les Etats-Unis, 4,5 millions ont choisi le Canada comme terre d’asile, le reste s’est réparti essentiellement entre l’Amérique latine, l’Océanie et l’Afrique. L’émigration a ensuite ralenti mais les ressortissants du Sud de l’Europe et de nombreux juifs persécutés ont continué à émigrer jusqu’au début des années 1950. Qui étaient ces migrants européens et pourquoi ont-ils participé à pareille migration de masse? Petit tour d’horizon. »

Qui étaient ces migrants qui quittaient l’Europe?

« Sur les 55 millions d’Européens ayant quitté l’Europe en un siècle, selon une estimation généralement admise par les historiens, 12 millions étaient Anglais et 11 millions Irlandais. Les Britanniques sont les premiers à prendre le large, dès les années 1830, appelés par l’attrait des colonies de la Couronne. Les Irlandais les suivent rapidement, fuyant la famine qui frappe leur pays entre 1845 et 1852 (un million de victimes). Ils s’installent dans les grandes villes américaines, investissant des quartiers entiers, raconte l’historien Philippe Rygiel dans son ouvrage «Le temps des migrations blanches»« .

Les Allemands s’embarquent aussi pour les Etats-Unis, privilégiant le Missouri, alors que les Suédois préfèrent le Minnesota. Polonais et Italiens les rejoignent en nombre. Au tournant du siècle, des quartiers italiens naissent à San Francisco et ailleurs. Les Italiens émigrent aussi vers l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay, où la main-d’œuvre manque après l’abolition définitive de l’esclavage. Les Suisses ne sont pas en reste, venant principalement des cantons pauvres, comme Fribourg, le Valais ou le Tessin. En 1890, près de la moitié des 9,2 millions d’étrangers vivant au Etats-Unis sont issus d’Europe du Nord, y compris de Belgique et de France, un quart d’Allemagne et d’Europe de l’Est, et 200 000 du Sud de l’Europe. Le solde des migrants provient surtout de Chine et du Japon.

Aucun pays, quel que soit ses moyens, n’a à ce jour trouvé une solution pour stopper l’immigration. Rien ne peut arrêter un peuple qui a faim, peur de la guerre, des pandémies, d’une dictature etc … il est prêt à affronter tous les dangers en espérant trouver une vie meilleure pour lui et aider son village qu’il a quitté. La colonisation est maintenant terminée. Il est peut-être temps d’instaurer une aide internationale d’aides à leurs pays pour qu’il puissent exploiter, à leur profit, leurs richesses naturelles et rester chez eux dans le pays qui les a vu naître, avec un travail et de quoi se nourrir.

 » NOUS SOMMES TOUS DES IMMIGRÉS, IL N’Y A QUE LE LIEU DE NAISSANCE QUI CHANGE !!! »

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s