Nids- de- poule à Messigny et Vantoux itou !!!

Après chaque hiver, les nids-de-poule refont leur apparition sur les routes de France. Un phénomène courant lié aux intempéries mais aussi à une dégradation croissante de l’état du réseau national.

L’association 40 millions d’automobilistes recense via son application « J’ai mal à ma route », plus de 36 000 signalements de routes dégradées dont un tiers concerne des nids-de-poule sur la chaussée.« La tendance est à une dégradation générale du réseau routier depuis cinq ans. Les collectivités locales et l’État investissent moins d’argent dans le réseau routier français », Dans son rapport 2017, l’Observatoire national de la route (qui réunit des acteurs publics et privés), estime que les moyens financiers consacrés à la voirie ont baissé d’environ 25 % entre 2013 et 2016.

Le climat et la circulation en cause

Mais comment se forme un nid-de-poule ? Ce phénomène s’explique par deux facteurs : le climat et la circulation. Les écarts de températures l’hiver sur un nombre de jours restreint abîment le revêtement de la chaussée, qui se fragilise et peut alors se fissurer.Lorsqu’il pleut, l’eau s’infiltre ensuite à travers les fissures. En période de gel, l’eau prend du volume, avant de s’écouler lors du dégel. C’est à ce moment que des nids-de-poule apparaissent. Des trous rebouchés, par les collectivités,  bien souvent dans l’urgence, avec des rustines  » d’enrobé  » sans se préoccuper des conditions météorologiques.Pour les deux-roues motorisés et les vélos, ces nids-de-poule dans la chaussée sont des sources d’accidents

L’œuf de Pâques est un symbole chrétien, spécialement décoré pour cette fête, et restant le plus souvent comestible. Traditionnellement, il s’agissait d’un œuf de poule cuit dur coloré, aujourd’hui c’est souvent un œuf en sucre ou en chocolat. En Belgique, comme en France, c’est un cadeau traditionnel offert le matin du dimanche de Pâques. En Suisse, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, le symbole de Pâques est un lapin ou un lièvre ; dans certains régions historiquement de religion catholique, des cloches ont la même fonction. Dans les pays de l’Est, on les colore et décore. ( inspiré par article de Sud-Ouest ) 

Ne vous attendez pas à trouvez des oeufs de pâques ce week-end dans les nids -de -poule de votre village. Mais, pour l’année prochaine, l’équipe municipale pourrait organiser une chasse aux oeufs de Pâques pour les enfants qui seraient chargés  de recenser le nombre de nids -de- poule dans les rues de leur village. La Mairie serait alors astreinte à cacher autant d’oeufs de Pâques que de nids de poule recensés.

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nids- de- poule à Messigny et Vantoux itou !!!

  1. claude kayser dit :

    Une tradition de perdue, il n’en reste que le souvenir….De mon temps nous étions quatre enfants de choeur pour faire la tournée, l’un portait une grande pique représentant la lance déicide, le second était chargé de la timbale d’eau bénite, le troisième portait le panier destiné aux offrandes d’oeufs et le quatrième était muni d’un sac de toile en tant que ‘trésorier’.Nous commençions le jeudi Saint par les fermes au nord de Messigny à travers bois pour descendre ensuite aux moulins du vallon et à la maison forestière; de là nous escaladions le coteau en face pour rédimer les fermes de Grandchamp et terminions par Vantoux. Avec une course si mouvementée et des jambes de dix à douze ans il ne restait plus d’eau bénite dans la timbale en fer blanc, c’était le moindre de nos soucis. N’y avait-il pas sur notre trajet des sources suffisantes, sans compter l’eau du Suzon? Et nous étions assez forts en théologie pour savoir qu’une seule goutte de reste pouvait sanctifier le remplissage.Le vendredi Saint nous exploitions toutes les portes du village et, le lendemain nous présentions notre récolte à l’instituteur qui ne dédaignait pas de partager avec nous. Mais il nous restait toujours assez d’oeufs pour confectionner une plantureuse omelette et pour en faire teindre pour notre roulée du lundi de Pâques. En rentrant de nos course du jeudi Saint, nos parents nous demandaient si nous n’avions pas vu les cloches en route pour Rome où elles allaient se confesser. Sur nos réponses négatives, ils disaient « C’est que vous n’étiez pas en état de grâce! ». Souvenirs de Vincent Chapuis – 1930.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s