» Les forêts précédent les peuples, les déserts les suivent… » (Chateaubriand.)

Tenant compte de la formation forestière qui m’a été donnée et des connaissances que je tiens depuis le projet de création de l’Office National des Forêts, j’ai considéré qu’il m’appartenait, en conscience, d’apporter mon opinion sur ce sujet lors du « grandebat ». L’ayant fait le 22 Janvier 2019 à 10h58, je me permets, si le responsable du site en est d’accord, de vous donner connaissance de ce texte.

Lutte contre le réchauffement climatique –

Il faut cesser de parler de la lutte contre le réchauffement climatique, sans prendre, immédiatement, les premières mesures simples qui s’imposent.

La forêt française en est le plus bel exemple. Il faut absolument et rapidement reconsidérer la forêt pour ce qu’elle apporte à l’homme. Cesser de la voir sous l’angle de la productivité et du prétendu profit, qu’elle n’a pas et n’aura d’ailleurs jamais !

Aucune forêt domaniale ou communale ne ressemble à une autre, en raison de la nature du sol, de l’exposition, de la déclivité, de l’altitude, chacune avec sa spécificité doit donc être traitée et surveillée en conséquence, ce qui demande du personnel compétent et beaucoup de vigilance. Il faut absolument s’éloigner de la politique catastrophique de l’Office National des Forêts réduisant année après année son personnel, dans le seul but de limiter son déficit.

La forêt c’est le poumon de la terre. La forêt c’est la protection contre les vents violents, donc la lutte contre les érosions. La forêt c’est la production des sources, l’ignorer c’est courir vers leur disparition. La forêt doit être renouvelée, selon sa nature, régulièrement et totalement. Le côté industriel et commercial que l’on a légué à l’Office National des Forêts (O.N.F.) a conduit à exploiter la forêt, dans des conditions désastreuses pour son avenir. En exploitant ce qui est RENTABLE financièrement. Délaissant dans le même temps, hélas, ce qui ne l’est pas. C’est grave à plus d’un titre. La forêt bien suivie c’est le renouvellement constant et régulier du feuillage, c’est l’effet maxi de la photosynthèse. Laisser trop vieillir tout ou partie de forêt c’est se priver de toutes ses capacités, la conduire inéluctablement à sa perte. Les feuilles sont comme l’homme, en vieillissant elles perdent de leur capacité à remplir leurs fonctions.

La forêt, par ses racines, régule l’eau. Nous apportant des sources qui coulent même pendant l’été, époque où l’eau est la plus précieuse. Attention, les erreurs en gestion forestière peuvent perdre les sources.

Bref, ce fut une erreur, confirmée aujourd’hui, d’avoir livré la gestion forestière à un Etablissement à caractère industriel et commercial. Une bonne gestion forestière, pour garantir l’avenir de l’humanité, incombe directement à l’Etat. Lequel doit absolument en prendre la maîtrise, avec des gestionnaires fonctionnaires, pour disposer directement de leviers assurant pleinement son efficacité. C’est un problème trop grave pour être délégué, nous venons de le vérifier avec l’O.N.F. C’est un exemple simple à donner à tous les responsables de la planète pour les entrainer vers cette politique forestière, qui deviendrait alors mondiale.

Cela dit je rappelle qu’hier les serviteurs de l’Administration des Eaux et Forêts, tel monsieur JOURDAIN, sans le savoir, étaient déjà au service des «  lois » de l’environnement de nos jours mises sur le devant de la scène. Aujourd’hui nous avons les personnels de l’O.N.F., de l’O.N.C., de la Pêche plus les personnels de l’Environnement. Ne pensez vous pas qu’il serait beaucoup plus sage, et surtout plus efficace, de rassembler l’ensemble de ces quatre corps différents pour construire un grand corps d’Etat ayant en charge l’ensemble des missions au service de l’humanité pour la grande lutte à entreprendre contre les dommages de la pollution et du réchauffement ?

La France, comme elle a souvent su le faire, donnerait là l’exemple de ce qu’il faut entreprendre, à l’échelle mondiale, alors que depuis 1964 elle a plutôt donné le mauvais exemple à travers l’O.N.F.

Avant qu’il ne soit trop tard, s’il vous plait….

Georges BALLIOT-10 rue du Stade-MESSIGNY & VANTOUX 21380-

4ième génération de Forestiers- secrétaire général C.F.D.T. de l’O.N.F. de 1964 à 1977

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s