Rénover, entretenir, valoriser le patrimoine communal …

s4180001.jpg

Par une loi du 3 février 1851, l’Etat décida de prendre à sa charge jusqu’à 30% des frais de construction des lavoirs communaux. Ce fut l’élément déclencheur d’une vague de constructions qui toucha toutes les communes de France.

En dehors des impératifs d’hygiène et de salubrité, le lavoir avait l’avantage de réunir deux fonctions indispensables: l’une pratique, l’autre sociale.

Le lavage du linge autrefois

A l’ère de la machine à laver, la plupart des gens pensent que toute la lessive s’effectuait autrefois autour du lavoir. Cette idée n’est vraie qu’en partie seulement. Rappelons donc comment on lavait encore le linge au début du XIXe siècle.
Tout d’abord, cette opération n’était pas fréquente. Les draps et les gros vêtements de travail pouvaient fort bien n’être lavés que deux fois par an lors de la « grande lessive », les autres pièces de linge, au mieux toutes les semaines.
L’essentiel du travail, exclusivement féminin, se déroulait à la maison ou dans la cour de la ferme. Le linge sale était disposé bien à plat dans un grand baquet de bois au fond duquel une bonde que l’on pouvait déboucher permettait à l’eau de s’écouler. Il séjournait d’abord toute une journée dans ce baquet rempli d’eau tiède.
Le jour suivant, après avoir vidé cette première eau, on tendait au-dessus du linge une grosse toile de lin. Sur ce tamis rudimentaire, on étalait une couche de cendres soigneusement réduites en poudre et provenant de bûches de chêne ou de fougères sèches que l’on avait brûlées. Cette cendre riche en carbonate de potassium, était connue depuis l’Antiquité pour son pouvoir nettoyant. On versait ensuite doucement sur cette couche des seaux d’eau chaude mais non bouillante afin de ne pas cuire les taches et on laissait tremper le linge dans cette infusion XXL jusqu’au lendemain.
Ce n’est que le troisième jour que l’on transportait à la rivière ou au lavoir, dans des paniers ou dans une brouette, le contenu du baquet. C’est là que, dans l’eau claire, chaque pièce de linge était rincée, battue, et rincée encore puis essorée et ramenée à la maison pour le séchage sur l’herbe, sur la haie ou à cheval sur une une cordelette.

Source « Patrimoine civil du Pays d’Iroise « 

La commune envisage la restauration de notre lavoir. Mais faut-il se contenter de lui  redonner son aspect d’autrefois. Les cancans se sont tu depuis longtemps. Il ne reste plus à chacun que son imagination pour revoir et entendre les courageuses laveuses ,heureuses, de se retrouver entre elles pour médire sur les hommes. Une réunion des habitants pour exposer ce projet aurait peut-être permis de récolter des idées pour sa mise en valeur et lui trouver une nouvelle vocation ( exposition d’outils anciens, exposition de peintures etc … )

p1040502

 

s4180003

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s