La mémoire est indispensable pour construire le présent !!!

G.Balliot dit :

Je suis désolé de vous contredire Monsieur le Maire, mais malgré mes 95 ans je ne pense pas avoir la mémoire qui flanche. Je me souviens très très bien ! Mais pour moi l’essentiel n’est pas là, ce qui compte c’est la reconnaissance que nous devons à Monsieur Emile MONTIGNY pour sa gestion pendant les 4 ans d’occupation et surtout son courage d’aller spontanément affronter certaines familles du village pour les placer devant leurs responsabilités. Je me répète mais très vraisemblablement les hommes du Groupe FFI André CHOUMETTE basé dans les locaux de la famille André ROUX lui doivent sans doute la vie. Le vécu à Messigny, sous l’occupation, est là pour en attester. Je plaiderai jusqu’au bout pour qu’un hommage lui soit rendu ainsi qu’à la famille André ROUX. Pour moi, dernier vivant de ce Groupe, c’est devenu un devoir !

Vous avez raison, mais j’ai déjà expliqué, souvenez vous, pourquoi cette requête a été si tardive :

  1. A la Libération, chacun sait que la Résistance a été placée sous l’étouffoir. Par ailleurs, Monsieur MONTIGNY 16 ans plus tard était encore en activité.

  2. Ensuite est venu, fort heureusement, le temps de la réconciliation entre les deux peuples à travers les jumelages. Ce n’était plus le moment de rappeler ces événements d’occupation et de reconnaissance.

  3. L’heure étant venue et ma disponibilité me le permettant je me suis permis de contacter monsieur le Sénateur Maire Henri REVOL en vue d’une reconnaissance caractérisée du combat de Messigny du 8 Septembre 1944, ce qui a conduit immédiatement au Jardin du Souvenir dont je remercie Monsieur REVOL et sa municipalité pour ce geste rapide et allant même au-delà de ma requête.

  4. Devant ce geste spontané, c’est vrai j’ai sans doute manqué de culot, pour plaider le cas Emile MONTIGNY dans la foulée.

  5. A l’arrivée de Monsieur POTRON j’ai sollicité et obtenu immédiatement la personnalisation de la ligne forestière ayant permis au parachutiste, dont l’avion s’était écrasé à l’arrière de la ferme de Grandchamps, d’échapper aux recherches allemandes. Ce qui lui a permis d’être récupéré pour rejoindre le soir même le maquis de Mortière. Beaucoup de promeneurs ont apprécié cette marque de reconnaissance.

Telles sont les explications de ce retard. Je devais, parait-il, être entendu par les membres de votre commission. Ce ne fut pas le cas et je m’en étonne. Ce devait être pourtant, selon moi, la première démarche à faire. Par ailleurs je ne manque pas d’être sincèrement intrigué par cette phrase : …«le groupe unanimement à décidé que nous n’étions pas les mieux placés pour trancher vu le contexte très sensible de cette époque ». Doit-on comprendre là, selon vous, que les collabos avaient autant raison que les Résistants ? Donc vous reconnaissez implicitement que M. MONTIGNY  a eu du courage car, lui, il a risqué sa peau en s’impliquant, alors que 75 ans plus tard vous ne savez pas le faire.

Comprendrez vous enfin ce devoir de reconnaissance qui vous incombe, envers monsieur MONTIGNY et la famille André ROUX, pour l’honneur de notre commune. Songez à la jeunesse et aux souvenirs qu’elle doit conserver sur l’honneur de son village pendant l’occupation. Cette requête n’est pas une stupide lubie j’ose croire que vous le comprendrez.

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s