Viticulteurs de Messigny et Vantoux …

Claude KAYSER précise

Dans notre commune, la culture de la vigne est citée dans les documents les plus anciens : la côte de Mulcy, la Nouroye, Grancey, le Clos, Grandchamp, étaient les climats les plus en renom. Comme Qualité le vin était classé avant-dernier du crû du dijonnais. La partie haute du village : les Lavières, les Archigneules, en Tête-de-Loup, aux noms caractéristiques, était en partie inculte. A force d’un travail opiniâtre de défonçage, le vigneron allait conquérir ces déserts pour donner un vin agréable et qui valait celui de la Côte( ?). Au XV° siècle, les maîtres tonneliers de Dijon faisaient faire leurs fûts à Messigny, Talant, Gevrey et autres lieux. (A.V. CHAPUIS) A la fin du XIX ° siècle un registre de commerce des vins, tenu par Georges Montigny, nous indique que le vin local n’étant sans doute plus au goût du jour, il est fait appel à la production du sud-ouest de la France. Les facturations précisent : vins de la Montagne supérieure, d’Alicante ; de la mi-Côte et de Lunel. Nous pouvons préciser que Glorious et Coucous consommaient « dru » !

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s