Droit de vote des femmes 21 avril 1944 …

Le 21 avril 1944 , le droit de vote est accordé aux femmes en France par une ordonnance (après un amendement du communiste Fernand Grenier) du Comité français de la Libération nationale, signée par Charles de Gaulle depuis Alger.

0592

A son bureau, en 1983, Claude Adèle RATTE, qui restera pour l’histoire de notre village la première femme à être entrée au Conseil Municipal. Tout un honneur  et toutes les félicitations qui s’y attachent ! Merci à elle pour son engagement et pour avoir ouvert la voie à d’autres femmes 6 ans plus tard.

Le 13 Mars 1977, Claude Adèle RATTE devenait la première femme à entrer au Conseil Municipal de Messigny et Vantoux.

Lors de la dernière guerre, pendant l’occupation notamment, les femmes ont apporté la preuve qu’elles étaient égales aux hommes dans les diverses actions de la Résistance. Préparant les lois, pour l’après Libération, le Conseil National de la Résistance ne manquera pas d’en tenir compte.

Et c’est ainsi que par ordonnance du 21 Avril 1944, le général De Gaulle accordait le droit de vote aux femmes. Le 29 Avril 1945 elles voteront pour la 1ère fois lors des élections municipales. Se distinguera alors, pour toute la France, un village de Côte d’Or «  ECHIGEY », qui allait élire un conseil municipal totalement féminin. Avec, comme Maire Madame Madeleine AINOC.

A Messigny, lors de ces premières élections d’après guerre du 29 Avril 1945,les résultats furent les suivants : inscrits : 306- votants : 241- nuls : 2- suffrages exprimés : 239- Ont obtenu : Emile MONTIGNY : 200- Hippolyte ALLARD : 198- André MEURET :195- Albert GAUTHEY :192- Emile POINSARD : 191- Marcel LEDEY : 184- Albert MICHOT : 184- Maurice COGNIARD 176- Gabriel COUTURIER 173- Gaston MULER 162-tous élus.- Sur une liste de gauche , deux femmes s’étaient présentées et obtenaient : Mme Jeanne SPONVILLE 45 voix et Mme Georgette LABONDE 27 voix. Pour l’histoire de notre village elles resteront donc les deux premières femmes à s’être présentées à une élection à Messigny. De ce scrutin, d’après la Libération, il convient particulièrement de noter l’assentiment en faveur d’Emile MONTIGNY qui obtenait la reconnaissance de ses mérites pendant l’occupation avec 83,68% des suffrages.

Il faudra attendre 32 ans, pour voir arriver une femme, Claude Adèle RATTE, au Conseil Municipal de Messigny et Vantoux en 1977. En Janvier 1983, à la veille des élections municipales, le journal « Les Dépêches » souhaitait que je l’interroge, étant seule femme au conseil. Elle avait facilement accepté, dès lors qu’elle trouvait là l’occasion de lancer un appel. Elle soulignait par ailleurs que personne ne l’ayant sollicitée elle était intervenue en 1977, auprès du maire pour figurer sur sa liste et, qu’élue « … elle ne s’était jamais trouvée mal à l’aise au milieu de ce bastion masculin »…De ses satisfactions elle affirmait «  après six ans d’expérience je me sens prête maintenant à poursuivre, en souhaitant toutefois quelques modifications concernant le travail en commission ». A la question quels conseils donneriez vous : « la présence de plusieurs femmes dans un conseil serait très bénéfique car n’ayant pas toujours les mêmes points de vue que les hommes. Alors l’ensemble aurait plus d’impact. Une fois élue assister à tous les conseils et participer activement à plusieurs commissions au sein desquelles il se fait un travail intéressant et important. …J’estime que dans l’ensemble les problèmes que doit résoudre le conseil municipal sont essentiellement locaux. Ils intéressent donc chacun des habitants, sans distinction d’opinion, et que pour aboutir à une entente aussi harmonieuse que possible tout en créant une ambiance communale agréable, il faut savoir faire abstraction des appartenances à telle ou telle étiquette politique, religieuse ou autre. En conclusion, j’exprime le souhait que toutes les femmes qui le souhaitent et se sentent disponibles, sachent oser se porter candidates. Si elles ne se lancent pas dans le bain elles-mêmes, dans un demi-siècle, les femmes seront encore marginalisées dans toutes les assemblées, qu’elles soient municipales ou autres. Quarante années sont passées il est temps que les femmes y trouvent leur place et notamment dans les conseils municipaux. » Quelle belle leçon et quelle détermination, vous aviez Mademoiselle la Conseillère, Première de notre village.

Les extraits de ce document datent de fin Janvier 1983, ils ont donc 37 ans. Ils n’en gardent pas moins force et sagesse. Sauf que les femmes connaitront toujours autant d’obstacles à venir s’insérer dans les équipes municipales. La meilleure preuve en a été qu’il a fallu amender la loi pour rendre obligatoire l’égalité sur les listes. Mais, pour autant, elles rencontrent toujours de fortes difficultés pour obtenir la tête de liste. Une femme aux commandes de l’Etat, d’une Région, voire même d’une commune, pour certains c’est encore inimaginable, insupportable ! Et pourtant, Jean FERRAT ne chantait-il pas, avec une grande conviction… «La femme est l’avenir de l’homme » !

Mademoiselle Claude Adèle RATTE gardera à jamais l’honneur d’avoir été la première femme élue au Conseil Municipal de Messigny et Vantoux ! Dorénavant, 75 ans après l’obtention du droit de vote et d’éligibilité, reste à savoir quand et qui en deviendra la première  » Première Adjointe au Maire » ou « Madame la Maire » ?    G.BALLIOT

LA VIGIE CITOYENNE.


Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s