LA FORÊT PERD CHAQUE MINUTE L’ÉQUIVALENT DE 50 TERRAINS DE FOOTBALL!!!

 Les forêts, mondialement, reculent au rythme alarmant de 27 terrains de football à la minute »
Tel est le constat annoncé à Glasgow le 1er Novembre 2021 devant les dirigeants mondiaux réunis pour lutter contre le réchauffement climatique. Il est plus que temps de mesurer les dégâts de toutes les erreurs commises à l’encontre de la forêt, à un titre ou à un autre Seize milliards d’euros sont engagés pour limiter le réchauffement. Le Premier Ministre Britannique à déclaré, parlant des forêts « cathédrales de la nature, poumons de notre planète, elles sont essentielles à notre survie même » ajoutant aussitôt « …pourtant elles sont en train de reculer au rythme alarmant de 27 terrains de football chaque minute ». Un constat effrayant auquel s’ajoute toutes les autres maltraitances, au nom du fric, et pourtant toutes aussi redoutables, hélas !
Avant tout il s’impose, rapidement, de commencer par appliquer intégralement les règles bien connues d’une bonne gestion forestière. C’est simple et ça rapportera ! Consacrer des milliards pour tenter de restaurer les forêts mondiales c’est bien. Mais imposer au plus vite leur préservation c’est déjà ce qui s’impose, or il ne semble pas que ce soit le cas.
Toutes les forêts, publiques ou privées, sont soumises aux règles d’un aménagement qui doit être suivi au plus près pour assurer la pérennité du massif. Tout y est prévu : la rotation et le volume d’exploitation de chaque parcelle, à chacun des passages, compte tenu de l’orientation forestière envisagée pour chacun d’eux. Qu’il soit taillis sous futaie, en conversion vers une futaie ou déjà futaie. Qu’elle soit de chênes (essence de lumière) ou hêtraie (essence d’ombre). La règle retenue pour les forêts de taillis sous futaie était généralement d’un passage dans chaque parcelle tous les 40 ans. Aujourd’hui la tendance est à la surexploitation des futaies, en raison de la rentabilité des produits, et la sous exploitation des taillis sous futaie, présentant beaucoup moins d’intérêts financiers et souvent plus de difficultés d’exploitation, mais entraînant le déclin du massif.
Et c’est ainsi que la forêt, dans son ensemble, loin des considérations climatiques et humaines prioritaires à prendre en compte, est soumise aux objectifs financiers, pour le vendeur comme pour l’acheteur….tout le reste passant allègrement, aux oubliettes.
J’ajouterai qu’hier, l’administration des Eaux et Forêts avait, dans ses obligations, un contrôle discret sur la gestion forestière privée, afin d’éviter des abus d’exploitation. Aujourd’hui, la Forêt Privée, respectueuse des bonnes règles, pourrait les rappeler à l’Office National des Forêts. Comme « les temps » ont changé !
Je suis au regret de revenir constamment sur ce même sujet, mais j’ose croire que vous en percevez toute l’importance et vous en remercie. G. BALLIOT

LA VIGIE CITOYENNE.


Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s