SUZON :  » NE NOUS QUITTE PAS !!! »

Rêvons à notre futur plan d’eau, alimenté par le Suzon dans le Val Suzon

Depuis quelques semaines, avec sa caractéristique torrentielle, sans atteindre les niveaux que nous avons connu, le Suzon conduit néanmoins d’importantes quantités d’eau vers l’Ouche et la Saône.
C’est en de telles circonstances qu’il est rageant de constater que nous ne sommes même pas en capacité d’en retenir quelques milliers de mètres cubes. Lesquels défilent pourtant à toute allure. Alors qu’ils deviendraient extrêmement précieux en périodes d’été. C’est un point sensible, sur lequel il convient de se pencher au plus vite, afin de le solutionner au mieux, avant qu’il ne soit trop tard.
Par exemple, le monde paysan ne serait il pas comblé de pouvoir compter demain sur des réserves d’eau, pour le bétail et les cultures ? Réfléchissons à ce que serait l’été dans le Val-Suzon, avec un ou deux plans d’eau. Assez importants pour que puisse s’y développer le tourisme et la pêche, tout en maintenant le plus longtemps possible, en été, le cours du Suzon. Par ailleurs il ne suffit pas d’observer que Messigny et Vantoux est un relais important pour les chasseurs du nord dijonnais. Encore faut-il maintenir et développer ce loisir. Or, que constate-t-on de plus en plus ? Tout simplement, mais irrémédiablement, une fuite du gibier vers les zones où il lui est permis de boire pendant les périodes de sécheresse. Attention, c’est loin d’être une plaisanterie car ce déplacement du gibier représente une menace à l‘encontre de l’attractivité cynégétique locale. Elle ne manquerait pas de s’accompagner d’une diminution de recettes non négligeables pour les commerces locaux et les budgets communaux. Il ne faut prendre très au sérieux cette évolution cynégétique qui se profile.
Ne pas lancer une étude sérieuse sur la faisabilité d’un tel projet d’aménagement de la vallée du Suzon pourrait demain entrainer d’amers regrets. Il faut surtout réagir avant qu’une correction et rétention des eaux ne soient devenues trop tardives, en cette vallée qui ne voit déjà, maintenant, couler le Suzon que de Novembre à Avril. Au temps de ma jeunesse, dans les années 30, à MESSIGNY & VANTOUX le Suzon se retirait en juillet pour revenir en Octobre. A SAINTE FOY son retrait n’était éventuellement que de courte durée. Ces temps ont bien changés ! A nous d’en tenir compte, pour le mieux être des générations à venir.
Georges BALLIOT

LA VIGIE CITOYENNE.

Cet article a été publié dans Messigny et Vantoux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s